Repenser l’école : un blitz de 24h pour innover et réinventer l’école

0

Le weekend dernier, j’ai participé à Repenser l’école, initiative qui prend la forme d’un sprint de développement de nouvelles solutions répondant aux défis qui se présentent en éducation. Les équipes constituées aléatoirement devaient réfléchir, collaborer et innover en mettant sur pied des projets innovants et en les présentant devant public en 5 minutes. Repenser l’école est à sa deuxième édition et le défi proposé aux équipes cette année était de revisiter le projet éducatif et surtout, de réinventer une journée type à l’école.

Vendredi soir 14 septembre, fut le lancement de la 2e édition.

Lors de cette soirée, Joëlle Tremblay, auteure de « L’inéducation », nous a invités à laisser de côté nos souvenirs d’enfance reliés à l’école et nous a poussés à réfléchir en dehors de la boite en redéfinissant certains concepts comme celui de la classe et de l’école. Joëlle Tremblay a mentionné que le but premier de l’école est de cultiver des humains en devenir et non de viser la performance. Par la suite, Isabelle Senécal a pris la parole pour nous présenter quatre éléments auxquels Saint-Anne souhaite s’attaquer avec son nouveau projet : briser le one size fits all, intégrer les compétences essentielles, revoir la place de l’élève et développer de nouveaux espaces pour laisser place à la manipulation. Isabelle Senécal fut très complémentaire à Joëlle Parent en mentionnant : « Pourquoi ne pas rapprocher l’élève de la communauté en sortant l’école de l’école? » Les conférences ont contribué aux réflexions en tentant de déstabiliser nos schèmes de pensées, nous obligeant à repenser les contenus, le rôle de l’enseignant, l’organisation scolaire, et ce en mettant de côté la transmission des savoirs et en nous centrant sur les humains en devenir que nous côtoyons chaque jour.

Samedi 15 septembre, quelle journée!

Dès 9h le matin, les équipes, plus éclectiques les unes que les autres, composées de gestionnaires, personnel de soutien ou professionnels, enseignants, parents, architectes, ingénieurs, designers, … se sont mises au travail. Tout au long de la journée, les équipes ont eu la chance d’être nourries et parfois même déstabilisées par différents mentors. Une mentore qui m’a beaucoup inspirée est Céline Fouquet, Ph.D, docteure en neurosciences, qui est venue nous parler de créativité et de la façon dont le cerveau apprend. Elle nous a aussi mentionné que l’école tue en quelque sorte le génie créatif des enfants car celui-ci, selon une étude, décroit plus vite que l’âge des apprenants augmente. L’Association Edteq est venue présenter différents outils en abordant le rôle de la technologie dans l’Éducation.

Mon moment préféré de cette journée fut sans aucun doute lorsque des élèves sont venus commenter nos idées émises. Lors de nos discussions avec les jeunes, nous avons reçu plusieurs recommandations en lien avec l’école actuelle : moins d’horaires précis pour l’utilisation des infrastructures (bibliothèque, cuisine, etc.), diminuer ou enlever les devoirs, enrayer les cahiers d’exercices, ajouter encore plus de numérique, impliquer les élèves dans le fonctionnement de l’école et offrir des projets concrets intégrant les matières académiques. La journée s’est terminée pour plusieurs lorsque le Musée des beaux-arts de Montréal a fermé ses portes à la nuit tombée. Certains ont même déménagé de lieux samedi soir ou se sont rejoint très tôt dimanche matin pour peaufiner le fameux pitch qui devait être livré en 5 minutes.

Dimanche 16 septembre, jour J!

La journée a débuté par une présentation inspirante de Marc-André Carignan, auteur du livre « Les écoles qu’il nous faut ». Pendant que tous les milieux professionnels s’actualisent en modernisant leur espace de travail, l’école reste figée dans le temps. Les sommes allouées à leur modernisation vont trop souvent, par exemple, à la reconstruction du toit, au lieu de tenter de repenser les espaces intérieurs. « Quand allons-nous penser à leur ajouter une valeur pédagogique? », a-t-il mentionné. À la suite de sa présentation, les pitchs des équipes se sont enchainés les uns après les autres. Malgré les idées variées de chaque équipe, nous y avons vu des concepts clés revenant dans quasi la totalité des pitchs : centrer notre enseignement sur l’élève selon ses intérêts et ses besoins, décloisonner les matières scolaires en offrant des tâches signifiantes et multidisciplinaires, revoir les évaluations par un portfolio numérique, ouvrir l’école à la communauté en les impliquant quotidiennement dans l’école et débuter la journée d’école à des heures variables.

Espérons que ce weekend riche en réflexion, en réseautage et en innovation pédagogique aura des retombées bénéfiques pour l’Éducation. Un écrit devrait être publié dans les prochaines semaines regroupant les idées des pitchs prononcés. Un merci particulier aux organisateurs de l’événement et au Musée des beaux-arts de Montréal qui nous a offert des lieux inspirants nous permettant d’être créatifs.

Pour en savoir plus, visitez le site internet ou la page Facebook de Repenser l’école!

Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement l'Hebdo de l'École branchée en ligne!