Loi antiavortement en Alabama : quand les femmes n’ont plus le choix

Paru le

L’Alabama, État républicain au sud des États-Unis, vient de voter la loi la plus répressive du pays concernant l’interruption volontaire de grossesse. En effet, l’avortement sera interdit à partir de novembre prochain, même dans les cas de viol ou d’inceste. Il faudrait que la vie de la mère soit en danger pour qu’un médecin procède à une intervention. En cas de non-respect de la nouvelle réglementation, ce dernier peut s’exposer à une peine d’emprisonnement allant de 10 à 99 ans.

Des voix s’élèvent un peu partout à travers le monde, dont celle de Justin Trudeau, pour condamner ce recul sociétal :

« Nous regrettons profondément qu’il y ait encore des endroits dans le monde, y compris chez nos voisins américains, où ils sont en train de reculer dans la défense des droits des femmes », a-t-il commenté en point de presse à Paris.

Source : La Presse, 16 mai 2019

Cette loi doit entrer en vigueur dès novembre prochain, mais risque d’être bloquée rapidement par un juge et de se rendre jusqu’en Cour suprême :

« Dans l’opposition démocrate, on a largement condamné une atteinte à l’arrêt Roe v. Wade, qui a légalisé l’avortement en 1973 à travers le pays. L’objectif avoué du camp républicain est de faire monter le dossier à la Cour suprême pour faire casser cet arrêt. »

Source : La Presse, 16 mai 2019

Cette loi pro-vie, qui met le droit du foetus avant celui de la femme, définit donc le foetus comme « un être humain, incluant spécifiquement l’enfant non né, dans l’utérus, à n’importe quel stade de développement, peu importe sa viabilité ». Plusieurs journalistes et internautes se questionnent alors sur les fondements illusoires et hypocrites de cette législation en se référant aux statistiques et aux gestes posés par les États-Unis :

« Par exemple, le taux de mortalité des mères lors de l’accouchement est, aux États-Unis, parmi les plus élevés des pays riches. C’est la sixième cause de décès chez les femmes de 20 à 34 ans, selon le Centre de contrôle des maladies (CDC). Et pourtant, aucun législateur prétendant vouloir faire du foetus une personne n’a annoncé ces dernières semaines d’investissements massifs dans les soins prénataux, dans l’aide financière aux nouveaux parents, dans les soins de santé gratuits pour les bébés ou même dans les congés de maternité. »

Source : Agence Science-Presse, 22 mai 2019

Les pistes pédagogiques sont réservées aux enseignant(e)s abonnés à SCOOP!, par l’École branchée.

si vous êtes déjà abonné(e) ou apprenez-en plus ici!

Retour à l'accueil des guides

SCOOP! c'est...
 


L'actualité résumée pour les jeunes.

+

Des idées d'activités pour l'enseignant(e)!

 
 

Chaque guide de la collection SCOOP! propose une situation de lecture comme mise en contexte, puis des idées variées pour la classe. L'approche permet d'arrimer compétences disciplinaires et compétence numérique, tout en éduquant aux médias!

Chercher un guide...

Index des guides

Pour le primaire

Pour le secondaire

D'autres guides d'activités à découvrir

Comprendre la crise des migrants

Depuis plusieurs semaines, la crise des migrants affecte de nombreux pays européens. La situation se dégrade de jour en jour et les médias rapportent souvent que de tristes nouvelles telles que le naufrage d’embarcation sur la Méditerranée.

L’orthographe rectifiée de plus en plus la norme

C’est plutôt rare que des changements majeurs soient apportés à l’orthographe au cours d’une vie. Lorsque c’est le cas, comme en 1932 ou en 1990, il faut plusieurs décennies avant que leur intégration et leur application deviennent visibles. C’est actuellement ce que nous vivons dans les médias envers l’accent circonflexe et les types de traits notamment.

La guerre contre l’État islamique

Depuis plusieurs semaines, les médias parlent des actions perpétrées par un groupe terroriste nommé État islamique. Certains pays ont décidé dernièrement d’intervenir afin de stopper les ravages causés par ce groupe extrémiste.