Le tutorat par les pairs : une approche gagnante pour tous!

Afin de soutenir les élèves qui éprouvent certaines difficultés, le Collège Bourget a mis sur pied le CAP, le Centre d’aide par les pairs. Il s’agit d’un projet où les élèves de quatrième et cinquième secondaire viennent en aide aux élèves de première, deuxième ou troisième secondaire.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Par Johanne Patry, orthopédagogue au Collège Bourget

Afin de soutenir les élèves qui éprouvent certaines difficultés, le Collège Bourget a mis sur pied le CAP, le Centre d’aide par les pairs. Il s’agit d’un projet où les élèves de quatrième et cinquième secondaire viennent en aide aux élèves de première, deuxième ou troisième secondaire.

Pour s’assurer de la réussite de ce projet, l’école a mis à contribution les services d’orthopédagogie et de psychoéducation et la direction des élèves. Pour la première année, on a ciblé les matières de base, soit le français, les mathématiques et l’anglais. Ainsi, cela a permis d’observer, d’analyser le service d’aide et de se réajuster au besoin.

 

Il y a trois volets à la mise en place d’un tel service :

Le Collège :

  • Donne une formation aux élèves tuteurs (comment être ? comment agir?…);
  • Paire les tuteurs à un enseignant-matière;
  • Crédite l’élève tuteur pour l’obtention de son diplôme;
  • Prévoit un espace pour les rencontres.

 

Le tuteur doit :

  • Démontrer de la facilité dans la matière choisie;
  • Faire preuve d’assiduité, d’altruisme, d’empathie et de disponibilité;
  • S’engager à suivre une formation;
  • Se référer à l’enseignant-matière.

 

Le tutoré doit :

  • S’engager dans sa réussite scolaire;
  • Identifier ses besoins;
  • Présenter des résultats de moins de 69 %;
  • Faire preuve d’assiduité et d’ouverture.

 

Avec le recul d’une première année du projet CAP, le Collège Bourget peut affirmer que tout le monde est gagnant dans cette approche. Les parents font appel au service pour répondre aux besoins ponctuels de leur enfant. Les enseignants, eux, ciblent les élèves et peuvent mettre leur participation au CAP comme moyen dans leur plan de réussite. Certains élèves font eux-mêmes la demande pour obtenir les services d’un tuteur. Enfin, les élèves tuteurs prennent leur rôle très au sérieux, car ils savent qu’ils font la différence dans la réussite scolaire d’un pair.

Ainsi, l’élève tutoré reprend confiance. Sa perception sur la contrôlabilité des tâches augmente ce qui influence positivement son engagement et sa motivation scolaire. De plus, on constate les impacts bénéfiques, autant pour le tuteur que le tutoré que ce soit au niveau de la persévérance scolaire, de la motivation et de l’estime de soi.

 

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Collaboration spéciale
L'École branchée diffuse des textes provenant d'acteurs de la communauté éducative. Vous pouvez contribuer vous aussi! Profitez-en pour transmettre vos idées, parler d'un projet pédagogique vécu en classe, etc. Trouvez les détails dans le menu À propos / Soumettre un article.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!

Prochaines formations en direct