L’apprentissage de la frappe toujours nécessaire

Les jeunes sont plus branchés que jamais. Selon le CEFRIO, 91 % des jeunes de la génération « C » âgés de 12 à 24 ans avaient accès à Internet haute vitesse à la maison en 2008. Et c’est sans compter les nombreux outils, mobiles ou non, dont ils disposent. À les voir pianoter frénétiquement sur leur téléphone cellulaire pour s’envoyer des textos, on peut se demander s’il est bien utile de continuer de leur enseigner le bon vieux doigté. Il semblerait que oui.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Les jeunes sont plus branchés que jamais. Selon le CEFRIO, 91 % des jeunes de la génération « C » âgés de 12 à 24 ans avaient accès à Internet haute vitesse à la maison en 2008. Et c’est sans compter les nombreux outils, mobiles ou non, dont ils disposent. À les voir pianoter frénétiquement sur leur téléphone cellulaire pour s’envoyer des textos, on peut se demander s’il est bien utile de continuer de leur enseigner le bon vieux doigté. Il semblerait que oui.

Si la machine à écrire a bel et bien été reléguée aux oubliettes, la nécessité de taper rapidement et avec précision, elle, est plus que jamais d’actualité. Évidemment, on ne peut pas s’attendre à ce qu’un élève de première année maîtrise parfaitement une méthode de frappe. Par contre, inviter tôt les enfants à utiliser leurs deux mains pour taper selon une technique appropriée permet d’éviter les « faux plis » si difficiles à faire disparaître, selon cet article d’Education World.

Le professeur Ron Owston, de l’Université de York en Ontario, a étudié la maîtrise de la frappe à l’ordinateur chez des enfants de 8 ans. Il a réalisé que ceux à qui on avait enseigné une méthode produisaient des écrits de qualité supérieure, plus longs, plus détaillés et plus complexes, selon cette entrevue accordée au magazine Today’s Parent.

Il existe sur la marché de nombreux logiciels pour l’apprentissage de la frappe. Certains sont vendus, d’autres gratuits. Au Québec, Tap’touche est utilisé dans plusieurs écoles, souvent en ligne à partir de portails tels qu’Édu-groupe. Hélène Losier de la Faculté des sciences de l’éducation du Centre universitaire de Moncton, au Nouveau-Brunswick, a étudié ce logiciel québécois. « Les observations faites tout au long de la recherche semblent indiquer que les élèves ayant reçu la formation en saisie de clavier étaient plus à l’aise et travaillaient plus rapidement lors de la rédaction du deuxième poème que le groupe n’ayant pas reçu la formation avec le logiciel Tap’Touche », cite-t-on sur le site de l’entreprise.

À lire aussi :

Le livre numérique : la fin du livre papier?

Génération numérique : pour une sociologie du cyberespace

UQAR : un labo dédié à l’intégration des TIC à l’enseignement

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Nathalie Côté
Nathalie est journaliste. Ses thèmes de prédilection sont la famille, l’éducation, la santé, la consommation, l’environnement et les phénomènes sociaux. Elle collabore notamment au journal La Presse.

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!

Prochaines formations en direct