La Loi sur le droit d’auteur adaptée aux technologies nouvelles

Le gouvernement du Canada a adopté en juin dernier des modifications à la Loi sur le droit d’auteur. Voici concrètement ce que cela signifie pour le milieu scolaire. En bref, on élargit la portée « d’utilisation équitable » et on fait appel « au gros bon sens » du milieu.

Publié le :

Classé dans :
LIRE CET ARTICLE EN :

Traduction automatisée - des erreurs (parfois hilarantes) peuvent se glisser! 😉

Ces textes pourraient aussi vous intéresser :

Le gouvernement du Canada a adopté en juin dernier des modifications à la Loi sur le droit d’auteur. Voici concrètement ce que cela signifie pour le milieu scolaire. En bref, on élargit la portée « d’utilisation équitable » et on fait appel « au gros bon sens » du milieu.

« Nous vivons dans un monde numérique sans frontières et pourtant, la dernière mise à jour du régime de droits d’auteur remonte à la fin des années 1990, c’est-à-dire avant l’ère des « .com », des tablettes informatiques et des appareils mobiles qui nous donnent accès à des milliers de chansons, de films et d’applications en appuyant sur un bouton ou un écran tactile », peut-on lire sur le site mis en ligne par le gouvernement du Canada pour expliquer les changements à la Loi sur le droit d’auteur :

Depuis son adoption en juin, la définition « d’utilisation équitable » a été élargie pour légitimer l’utilisation moderne de la technologie pour l’enseignement et l’apprentissage.

Voici quelques changements, toujours à des fins pédagogiques :

– Enseignants et élèves peuvent utiliser des œuvres protégées dans le cadre de leçons offertes en ligne. Par exemple, des élèves en musique, tant regroupés dans une classe que ceux qui suivent le cours à distance, pourraient interpréter une chanson protégée par le droit d’auteur dans le cadre de leur cours.

– Les enseignants peuvent distribuer à leurs élèves des œuvres numérisées pourvu que les titulaires de droits d’auteur soient indemnisés. Les élèves peuvent imprimer une copie unique des documents pédagogiques.

– Il est possible d’utiliser de la documentation publiquement accessible qui a été affichée de manière légitime sur Internet par les titulaires du droit d’auteur à des fins d’utilisation gratuite. Par exemple, ils pourraient colliger de multiples copies d’articles trouvés dans Internet et les distribuer à d’autres élèves.

– Il est possible de regarder en classe des films ou œuvres audiovisuelles légitimement acquises.

– Les écoles ne sont plus obligées de payer des redevances pour enregistrer une émission d’actualité (à l’exclusion des documentaires).

Il y a aussi certaines limites exprimées dans la Loi :
– le visionnement ou l’utilisation d’une oeuvre doit se faire dans les locaux de l’école, au bénéfice d’élèves principalement;
– on ne peut pas redistribuer une oeuvre protégée de façon publique, par exemple sur un site Web;
– l’utilisation de l’oeuvre ne doit pas avoir lieu si c’est à partir d’une contrefaçon (ex. : copie illégale d’un DVD);
– la diffusion ne peut pas être retransmise électroniquement au public (ex. : filmer un enseignant qui donne un cours pour placer la vidéo sur le Web ou diffuser en direct).

Ces changements sont expliqués sur le site Droit d’auteur équilibré. On fait d’ailleurs appel « au gros bon sens » du milieu scolaire afin de respecter les intérêts des titulaires du droit d’auteur, sans qui tout ce matériel ne serait pas accessible.

Vos commentaires sur l'article

Vous pouvez commenter cet article ici et y ajouter vos idées!

Publicité par Google


À propos de l'auteur

Audrey Millerhttps://ecolebranchee.com
Éditrice du magazine École branchée, Audrey détient une formation universitaire de 2e cycle en technologies éducatives et un baccalauréat en communication publique. Membre de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), elle s'intéresse particulièrement l'actualité liée au développement professionnel des enseignants, à l'information à l'ère du numérique et à l'éducation aux médias. Elle s'active à créer des ponts dans l'écosystème éducatif depuis 1999. Elle s'implique ces temps-ci notamment dans l'Association Edteq et en tant que membre du comité des communications de l'ACELF. En 2021, elle est reçue à l'Ordre de l'Excellence en éducation du Québec. Quand elle a du temps libre, elle est passionnée par ses enfants, ses lapins, les chevaux, le bon vin et... la programmation Web!

Quelques annonces

Vous avez une nouvelle à nous communiquer?

Écrivez-nous sans tarder à info@ecolebranchee.com

Vous pouvez aussi publier votre propre texte!
Faites connaître votre projet pédagogique ou partagez vos idées via nos sections Opinion, Témoignages ou Communiqués! Voici comment faire!

Recevez les nouvelles de l’École branchée

L‘École branchée | Hebdo, la publication qui alimente votre boîte courriel pour que vous ne manquiez rien!

Prochaines formations en direct