Étude sur le numérique : un défi à relever et un accompagnement à assurer

0

Suite à une vaste étude réalisée auprès de 9 000 répondants des réseaux scolaires, de l’enseignement supérieur et des établissements privés et dévoilée le mois dernier, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a souligné la nécessité d’avoir une double lecture sur l’impact de l’utilisation des outils numériques dans le secteur de l’éducation.

Convaincue que la nouvelle culture numérique doit être porteuse de réduction des inégalités sociales, la CSQ a amorcé au printemps 2017 un grand chantier sur le numérique. Les objectifs étaient d’identifier les transformations engendrées par les outils numériques et de documenter leurs impacts sur le travail et les milieux de travail, en plus de contribuer au développement d’orientations et de pistes d’action sur l’utilisation de ces nouvelles technologies en éducation. 

Les conclusions de l’enquête révèlent que le personnel enseignant, professionnel et de soutien du réseau scolaire, de l’enseignement supérieur et du réseau privé, est dédié à son travail et à la mission éducative qui lui est confiée, en plus d’être extrêmement favorable à l’utilisation des outils numériques. Or, si les conclusions montrent que les transformations vécues améliorent le travail au niveau du partage des tâches, de la collaboration, de la communication, de la motivation et de l’apprentissage des élèves, elles soulèvent aussi certains impacts négatifs dans les conditions d’exercice des différentes catégories professionnelles.

La présidente de la CSQ, Louise Chabot, explique que le personnel de l’éducation est motivé à utiliser le numérique dans son travail, mais qu’actuellement, plusieurs conditions essentielles ne sont malheureusement pas au rendez-vous pour une utilisation efficace du numérique en éducation.

Les principaux faits saillants de l’étude

  • 76,5% des personnes répondantes mentionnent que l’utilisation des outils numériques a amélioré la communication à tous les niveaux, (avec les collègues, parents, public, collaborateurs externes, élèves, étudiants).
  • 74% du personnel participant déclare utiliser du matériel technologique personnel pour réaliser ses tâches professionnelles au quotidien.
  • La frontière entre la vie professionnelle et la vie privée est de plus en plus mince (76,5% constatent une augmentation des tâches réalisées sur leur temps personnel).
  • Les besoins de formation sont criants (75% déclarent avoir reçu huit heures et moins de formation au cours des 12 derniers mois).
  • 97% des personnes interrogées sont favorables au numérique.
  • 70% considèrent que les outils numériques favorisent l’apprentissage et motivent les apprenants.
  • Le manque de temps pour l’appropriation et la maîtrise des différents outils numériques sont les principaux obstacles à leur utilisation. 

Les pistes de solutions

L’enquête de la CSQ met en lumière la préoccupation principale des travailleuses et travailleurs, soit celle d’améliorer et de bonifier leurs compétences numériques afin de soutenir leur engagement professionnel auprès des apprenants et d’améliorer leur condition d’exercice. Elle ouvre la porte au développement d’une vision commune sur les mesures à mettre en place afin de s’assurer que l’utilisation des outils numériques se fasse au profit de toutes et tous.

Les répondant-e-s ont priorisé les trois pistes d’action suivantes :

  • S’assurer que des formations suffisantes, adaptées et reconnues soient offertes lors de l’intégration des outils numériques
  • Assurer l’accès à toutes et tous aux outils numériques nécessaires
  • Exiger que le personnel soit consulté sur le choix des outils numériques et sur leur usage

Selon la leader syndicale, le Québec ne pourra réussir sa transformation numérique si les besoins de formation de l’ensemble du personnel de l’éducation ne sont pas priorisés.

« Les travailleuses et travailleurs de l’éducation sont des acteurs de premier plan dans le développement des compétences numériques des enfants, des jeunes, mais également de celles et ceux qui tentent d’intégrer le marché du travail » conclut Louise Chabot.

  • Pour lire le document complet sur l’enquête CSQ, c’est par ici.
  • Pour lire le Plan d’action numérique en éducation, c’est par ici.
  • Pour découvrir les formations CréaCamp offertes par l’École branchée visant l’exploration et l’appropriation de divers outils numériques, c’est par ici.
Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement l'Hebdo de l'École branchée en ligne!