Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur : les différents points de vue

0

L’École branchée a assisté le 30 mai à Québec au lancement du Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur. Voici les communiqués que nous avons reçus à ce sujet de la part de différents organismes. Ils permettent de comparer les différents points de vue.

D’abord, le communiqué du gouvernement, puis les communiqués reçus, le plus récent en premier.

 

Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur – La réussite au cœur de la révolution numérique

QUÉBEC, le 30 mai 2018 /CNW Telbec/ – Le premier Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur a été dévoilé aujourd’hui par le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, M. Sébastien Proulx, et la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine, Mme Hélène David. Le Plan d’action est un engagement majeur de la Politique de la réussite éducative et de la Stratégie numérique du Québec.

Avec ce plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur, le gouvernement reconnaît l’éducation et l’enseignement supérieur comme la clé qui permettra au Québec de s’adapter à la révolution numérique, quatrième révolution d’importance après la mécanisation, l’électrification et l’industrialisation. Ainsi, une somme totalisant près de 1,2 milliard de dollars est accordée pour la mise en œuvre de ce plan, qui se poursuivra jusqu’en 2023.

Trois grandes orientations guident le Plan d’action numérique :

  • Soutenir le développement des compétences numériques des jeunes et des adultes;
  • Exploiter le numérique comme vecteur de valeur ajoutée dans les pratiques d’enseignement et d’apprentissage;
  • Créer un environnement propice au déploiement du numérique dans l’ensemble du système éducatif.

Citations :

« La réussite éducative, c’est la possibilité pour chacune et chacun de déployer ses talents à toutes les étapes de sa vie. C’est aussi et surtout des vies qui commencent bien et sur des bases solides. Nous avons donc le devoir de nous assurer que les élèves et les étudiants auront accès aux outils nécessaires pour développer leur plein potentiel et s’adapter à leur époque. Cette nouvelle génération d’élèves doit avoir la chance de développer ses compétences en informatique, elle doit avoir l’occasion de programmer, de coder et de s’initier à la robotique. Elle doit pouvoir bénéficier de tout ce que permet le numérique sur le plan du développement des compétences du 21e siècle et de l’acquisition de connaissances. »

Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale

« L’exploitation optimale du numérique se concrétisera entre autres par des pratiques innovantes, par la mutualisation des ressources et des services, de même que par une offre de formation à distance adaptée à la réalité d’aujourd’hui et de demain. Nous avons à cœur d’optimiser l’accessibilité des outils numériques et de favoriser le partage et la collaboration entre établissements. Les investissements totaux en enseignement supérieur pour les cinq prochaines années sont de l’ordre de 387 750 000 $, une somme historique! De plus, le eCampus Québec regroupera, entre autres, tous les cours offerts à distance dans l’ensemble des collèges et universités du Québec. Ce campus virtuel permettra de mieux faire connaître l’offre de formation à distance aux étudiants québécois, mais également aux étudiants étrangers, notamment ceux de la francophonie. »

Hélène David, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine

« La Stratégie numérique du Québec, lancée en décembre dernier, a marqué le commencement d’une transformation sociétale que l’on veut réussie et harmonieuse au bénéfice de tous les citoyens. Nous nous devons d’être à l’avant-garde du virage numérique et cela passe, notamment, par l’initiation à la programmation chez nos tout-petits jusqu’à des formations spécialisées pour les plus vieux. La Stratégie trace la voie à suivre pour réussir ce grand virage numérique qui amène à penser, à agir et à interagir différemment. La transformation numérique du Québec n’est plus un choix, mais bien un incontournable dans tous les domaines. »

Dominique Anglade, vice-première ministre, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique

Faits saillants

Le présent plan d’action a été élaboré en fonction des résultats de plusieurs consultations réalisées auprès du réseau de l’éducation et de l’enseignement supérieur.

Les 33 mesures qui composent le Plan d’action numérique visent une intégration efficace et une exploitation optimale du numérique au service de la réussite, pour permettre à toutes et à tous de développer et de maintenir leurs compétences tout au long de leur vie. Par exemple :

  • Soutenir l’acquisition d’équipements numériques à des fins pédagogiques dans les établissements;
  • Développer l’usage pédagogique de la programmation informatique dans les écoles;
  • Favoriser la formation continue du personnel enseignant, professionnel et de soutien en matière de pédagogie numérique;
  • Produire un nouveau référentiel de compétences de la profession enseignante pour favoriser l’intégration des technologies numériques dans les pratiques pédagogiques des futurs enseignants;
  • Établir un cadre de référence des compétences numériques transversal à tous les ordres d’enseignement;
  • Créer une plateforme nationale de ressources éducatives numériques;
  • Déployer le prêt de livres numériques dans les bibliothèques scolaires;
  • Favoriser le déploiement de la formation à distance à l’enseignement primaire et secondaire;
  • Regrouper l’ensemble de l’offre de formation à distance en enseignement supérieur (eCampus Québec);
  • Mettre en place le dossier numérique unifié de l’élève, qui le suivra tout au long de son parcours éducatif;
  • Développer des outils d’évaluation ministérielle en formation numérique;
  • Soutenir le développement du secteur québécois des technologies éducatives (ed-tech).

Liens connexes :

SOURCE Cabinet du ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport


Le Québec prend la direction du numérique pour la réussite des élèves

QUÉBEC, le 30 mai 2018 /CNW Telbec/ – La présidente de l’Association québécoise du personnel de direction des écoles (AQPDE), madame Danielle Boucher, s’est réjouie aujourd’hui du dépôt du Plan numérique en éducation et en enseignement supérieur déposé par le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, monsieur Sébastien Proulx.

Afin d’assurer une bonne intégration du numérique dans les établissement scolaire, le gouvernement du Québec annonce que c’est plus de 1,2 milliard de dollars sur 5 ans qui seront consacrés à la formation et au déploiement des outils. Dès la première année, le gouvernement consacrera 400 millions afin d’outiller les établissements scolaires.

L’AQPDE est heureuse de constater la volonté du gouvernement de protéger l’autonomie des équipes-écoles dans le choix des outils qui seront proposés aux élèves. « C’est la direction et son équipe qui sont les mieux placées afin de choisir les outils qui seront proposés dans leur milieu. Cette reconnaissance est importante pour assurer le succès du déploiement du Plan », note Danielle Boucher.

« Le numérique est un outil fantastique pour favoriser la réussite des élèves. Déjà, plusieurs établissements ont déployé des stratégies innovantes. Cependant, il manquait des orientations claires et surtout des moyens soutenus pour donner le souffle nécessaire afin d’élargir ces innovations au plus grand nombre d’élèves possible. C’est maintenant chose faite » affirme Danielle Boucher.

La clé : une formation adéquate et un accompagnement soutenu

L’enjeu du succès de ce Plan est d’assurer une formation adéquate dès le départ et un suivi rigoureux tout au long de l’implantation dans l’établissement. « Nous sommes heureux de constater qu’un budget de formation et d’accompagnement du personnel est prévu dans ce Plan. On ne peut donner des outils à chaque élève si la formation et le soutien ne sont pas prévus. C’est nécessaire pour assurer que nous exploitions au maximum les nouvelles technologies » conclu madame Boucher.

SOURCE Association québécoise du personnel de direction des écoles (AQPDE)


La Fédération des établissements d’enseignement privés accueille avec satisfaction le Plan d’action numérique en éducation

MONTRÉAL, le 30 mai 2018 /CNW Telbec/ – La Fédération des établissements d’enseignement privés accueille avec satisfaction le Plan d’action numérique en éducation présenté aujourd’hui. Ce plan répond à différentes préoccupations soulevées par la Fédération dans son mémoire présenté lors des consultations sur la stratégie numérique en novembre 2016.

Lors des consultations, la Fédération avait clairement signalé au gouvernement son inquiétude face à la fracture numérique croissante entre les différentes écoles québécoises et les risques d’exclusion sociale pour les jeunes n’ayant pas appris à évoluer dans un univers numérique. La Fédération est heureuse de constater que les mesures proposées dans le Plan proposent une action concertée afin que tous les élèves québécois aient accès à l’accompagnement nécessaire pour apprendre à utiliser les technologies de façon responsable, respectueuse et sécuritaire.

La Fédération se réjouit que le gouvernement prévoie définir clairement le référentiel des compétences numériques pour le préscolaire, le primaire et le secondaire. Ainsi, dès leur entrée à l’école, de la même façon qu’on enseigne les bases de la littératie et de la numératie, on enseignera désormais à tous les élèves les bases du numérique.

La Fédération accueille positivement les efforts prévus en matière de formation et de développement professionnel des enseignants afin de bien les accompagner dans le virage numérique de l’école. « L’école numérique, tout comme l’école traditionnelle, doit s’articuler autour de la relation maître-élève. Par ailleurs, le rôle de l’enseignant est appelé à évoluer et cela exige une révision de la formation initiale des maîtres et surtout, l’instauration d’une véritable culture de développement professionnel au sein de la profession enseignante, » écrivait la Fédération dans son mémoire en novembre 2016. Le Plan d’action numérique accorde une place de choix à la mise en place d’occasions de formation et de développement professionnel pour les enseignants actuels et les futurs enseignants, une condition essentielle de succès pour réussir le virage numérique de l’école.

À propos de la Fédération des établissements d’enseignement privés
La Fédération est un organisme à but non lucratif qui regroupe 193 établissements autonomes fréquentés par quelque 113 000 élèves répartis sur le territoire québécois. Les membres de la Fédération offrent des services aux élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire dans les secteurs de la formation générale et professionnelle et de l’adaptation scolaire. La Fédération est un centre de services pour ces écoles. Elle offre un vaste choix de formations au personnel des écoles, des services-conseils et des services d’achats groupés. Pour en savoir plus, consultez les sites www.annuairefeep.com et www.feep.qc.ca.

SOURCE Fédération des établissements d’enseignement privés


L’Association Edteq salue le Plan d’action numérique du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MÉES)

Le MÉES reconnaît l’importance du secteur « edtech » québécois dans le succès de ce plan audacieux.

QUÉBEC, 31 mai 2018 À l’occasion du dévoilement du Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur hier, le président de l’Association des Entreprises pour le Développement des Technologies Éducatives au Québec (Edteq), Carl Malartre, a salué la mobilisation du gouvernement et le leadership de M. le ministre Sébastien Proulx autour du numérique. « C’est un enjeu important pour l’avenir du Québec, qui nous différencie et nous apporte une richesse collective importante. »

Le MÉES fait un grand pas en avant en reconnaissant que le numérique doit faire partie des stratégies d’enseignement et d’apprentissage dans les salles de classe du 21e siècle. Ce vaste plan d’action repose sur le développement des compétences numériques des jeunes et des adultes, sur l’exploitation du numérique comme vecteur de valeur ajoutée dans les pratiques d’enseignement et l’apprentissage et sur la création d’un environnement propice au déploiement du numérique dans l’ensemble du système éducatif.

Le numérique éducatif au Québec : une industrie vibrante

Les membres de l’Association Edteq travaillent directement avec les professionnels de l’éducation d’ici, permettant la création de solutions adaptées aux besoins des enseignants, des écoles et des administrateurs. Le Plan d’action numérique en éducation comporte par ailleurs plusieurs points sur lesquels ils pourront contribuer directement, tels le développement de ressources numériques, l’équipement ainsi que la formation et l’accompagnement des enseignants.

« Le numérique éducatif au Québec est une industrie vibrante », affirme Shawn Young, vice-président de l’association et PDG de Classcraft. « Nous avons une opportunité unique de pouvoir créer des ressources numériques éducatives ici, pour le Québec. Aujourd’hui, le MÉES reconnaît l’importance de nos efforts. »

À propos de l’Association Edteq
L’Association des Entreprises pour le Développement des Technologies Éducatives au Québec (Edteq) a été fondée en juillet 2017. Elle regroupe plus de 60 entreprises et organismes qui oeuvrent à favoriser la réussite des élèves québécois en tirant profit du numérique. L’Association Edteq s’est donné comme mission de faire rayonner le travail de ses membres, au Québec et à l’international, ainsi que de faire la promotion de l’accès aux technologies éducatives.

SOURCE Association Edteq


Plan d’action numérique 2018-2023 et Plan québécois des infrastructures 2018-2028 : la FQDE se réjouit des engagements pris par le gouvernement

Logo : Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE) (Groupe CNW/Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE))

MONTRÉAL, le 31 mai 2018 /CNW Telbec/ – La Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE) salue la poursuite des investissements en éducation. Avec l’annonce hier d’un plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur de près de 1,2 milliard de dollars pour les cinq prochaines annéeset d’un Plan québécois des infrastructures 2018-2028 de 2,3 milliards de dollars pour les écoles du Québec, la semaine fut riche en annonces encourageantes pour l’avenir de nos jeunes.

Un plan d’action numérique pour le développement des compétences du 21e siècle

Tous les élèves du Québec doivent être capables de se réaliser, d’atteindre leur plein potentiel à l’aire de cette 4e révolution industrielle qu’est le numérique. L’injection de 1,2 milliard de dollars dans le système éducatif québécois va dans ce sens et favorisera l’implantation des nouveaux outils pour former nos élèves aux nouveaux métiers du domaine numérique.

La FQDE se réjouit du fait  que le choix des équipements numériques relèvera des équipes-écoles. « Elles connaissent les besoins des élèves de leurs milieux et les moyens à mettre en place pour assurer leur réussite », précise Lorraine Normand-Charbonneau, présidente de la FQDE.

Le déploiement de ce Plan d’action devra aussi être bien planifié et bénéficier de  conditions gagnantes d’implantation. Le personnel scolaire doit être formé, outillé et surtout accompagné afin de contribuer activement au développement des compétences numériques chez les élèves québécois.

Plan québécois des infrastructures 2018-2028 : des investissements nécessaires

La FQDE accueille favorablement les nouveaux investissements de 2,3 milliards de dollars pour la rénovation, la construction et l’agrandissement des écoles du Québec. La présidente de la FQDE Lorraine Normand-Charbonneau estime que c’est un bon départ et qu’il faudra s’assurer de la poursuite des investissements jusqu’à l’obtention d’un parc-école-québécois de qualité.

« Un bon environnement de travail favorise la réussite et l’épanouissement des élèves et des équipes-écoles. » ajoute la présidente.

À propos de la FQDE
La FQDE est le principal organisme professionnel représentant les directions et directions adjointes d’établissement d’enseignement au Québec. Elle est constituée de plus de 1 950 membres provenant de 20 associations régionales. La mission de la fédération est de promouvoir le développement professionnel, l’excellence des directions et de défendre leurs droits.

SOURCE Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE)


Le Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur : un lancement à saveur électoraliste, selon la CSQ

QUÉBEC, le 30 mai 2018 /CNW Telbec/ – Pour la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), le Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur arrive avec des ressources importantes et de bien belles promesses d’avenir pour les établissements d’enseignement à la veille des élections, mais il suscite énormément de questions quant à son déploiement et à sa mise en œuvre.

« Le Ministère prévoit dépenser des sommes considérables en peu de temps pour des outils numériques, sans avoir complété l’évaluation des besoins dans les milieux. Il doit également s’assurer que le personnel qui devra utiliser ces nouveaux outils sera adéquatement formé. Une Journée nationale du numérique par année, ça fait un beau titre, mais ce n’est clairement pas suffisant comme formation, car le personnel doit s’approprier les outils et développer des activités pédagogiques pour l’apprentissage des élèves et des étudiantes et étudiants. Tout cela doit se faire dans le plus grand respect de l’autonomie professionnelle des gens concernés qui doivent pouvoir choisir, parmi toutes les options, celles qui correspondent à leur vision pédagogique », a déclaré Line Camerlain, vice-présidente de la CSQ.

« Devant la rapidité de diffusion du numérique dans les milieux de travail, il devient impératif de développer et de partager une vision commune sur les mesures à mettre en place afin de s’assurer que l’utilisation des outils numériques se fasse au profit de toutes et tous. Dans cet objectif, l’ensemble des personnels de l’éducation, ainsi que les organisations qui les représentent, doivent être associés à la mise en œuvre de ce plan d’action. Quant aux mesures liées à différents cadres de référence prévues dans le plan d’action concernant notamment le personnel enseignant et la formation à distance (eCampus), nous y porterons une attention particulière en veillant à ce que les groupes concernés soient impliqués dans les consultations et la mise en œuvre » a-t-elle ajouté.

Rappelons qu’une vaste étude récemment menée par la CSQ démontre que la quasi-totalité (97 %) du personnel de l’éducation représenté par la CSQ est favorable au numérique en éducation. Plus des deux tiers du personnel estime d’ailleurs que les outils numériques favorisent l’apprentissage et motivent les élèves. Par contre, les travailleuses et travailleurs consultés ont aussi identifié certains bémols. Ils déplorent notamment le manque de temps de formation et d’appropriation des outils technologiques et l’augmentation de leur charge de travail.

La CSQ demeurera à l’affût de tous les développements dans ce dossier, puisque les enjeux sont grands pour l’éducation et le personnel qui y travaille.

Principaux faits saillants de l’étude de la CSQ :

  • 76,5 % des personnes répondantes mentionnent que l’utilisation des outils numériques a amélioré ou fortement amélioré la communication à tous les niveaux, que ce soit avec les collègues, les parents, le public, les collaboratrices et collaborateurs externes et même avec les élèves, étudiantes et étudiants;
  • 74 % du personnel participant déclare utiliser du matériel technologique personnel pour réaliser ses tâches professionnelles au quotidien;
  • la frontière entre la vie professionnelle et la vie privée est de plus en plus mince : 76,5 % constatent une augmentation des tâches réalisées sur leur temps personnel;
  • des besoins de formation criants :
    • même si 70 % des répondantes et répondants ont reçu une formation, elles sont de courte durée,
    • 75 % déclarent avoir reçu huit heures et moins de formation au cours des 12 derniers mois;
  • 97 % des personnes interrogées sont favorables au numérique;
  • 70 % considèrent que les outils numériques favorisent l’apprentissage et motivent les élèves, étudiantes et étudiants;
  • le manque de temps pour l’appropriation et la maîtrise des différents outils numériques sont les principaux obstacles à leur utilisation.

Une enquête unique

Au total, ce sont 9 000 personnes qui ont participé à l’enquête. Rappelons que la CSQ est la première centrale à sonder ses membres à grande échelle afin de documenter les impacts du numérique sur leurs conditions de travail.

Pour consulter les faits saillants de l’enquête de la CSQ sur le numérique, cliquer ici.

Profil de la CSQ
La CSQ représente plus de 200 000 membres, dont près de 130 000 dans le secteur public. Elle est l’organisation syndicale la plus importante en éducation et en petite enfance au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

Twitter : @csq_centrale

SOURCE CSQ


Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur – Un plan d’action et des investissements qui aideront les cégeps à poursuivre le virage numérique

MONTRÉAL, le 30 mai 2018 /CNW Telbec/ – La Fédération des cégeps se réjouit de l’annonce du Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur, présenté cet après-midi par le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, M. Sébastien Proulx, et la ministre de l’Enseignement supérieur, Mme Hélène David. Sur l’enveloppe budgétaire de près de 1,2 milliard de dollars annoncée pour la mise en œuvre de ce plan au cours des cinq prochaines années du primaire à l’université, le gouvernement prévoit consacrer un total de 387 750 000 $ pour l’enseignement supérieur.

Le réseau collégial reçoit une part très importante de ce montant, soit près de 240 M$ qui devront être investis d’ici 2023 dans les cégeps pour notamment soutenir le développement des compétences numériques des étudiants, favoriser la formation continue du personnel enseignant, professionnel et de soutien en matière de pédagogie numérique, soutenir les établissements dans l’acquisition d’équipements numériques à des fins pédagogiques et accroître l’utilisation de ressources et de logiciels en support à l’apprentissage. Par ailleurs, une des mesures phares annoncées dans le plan d’action numérique est la création de la plateforme eCampus Québec, qui doit regrouper l’ensemble de l’offre de formation à distance en enseignement supérieur et pour laquelle le réseau collégial collabore déjà aux travaux de mise en œuvre.

« Le vaste chantier annoncé cet après-midi est une bonne nouvelle pour le Québec, lequel doit plus que jamais s’engager dans l’avenir de la formation à l’ère numérique alors que la majorité des 240 000 nouveaux emplois qui seront créés d’ici 2024 exigeront une qualification en enseignement supérieur et devront miser sur de fortes compétences numériques. Nous nous réjouissons d’autant plus que ce plan répond globalement aux besoins exprimés par le réseau collégial public pour réussir sa transition numérique. Les cégeps ont été à l’avant-garde en la matière et plusieurs mesures dévoilées aujourd’hui font en effet écho aux recommandations émises par la Fédération des cégeps dans son mémoire déposé dans le cadre de la Stratégie numérique du Québec », a indiqué le président-directeur général de la Fédération des cégeps, M. Bernard Tremblay.

Déposé en décembre 2016 et adopté à l’unanimité par les 48 cégeps dans le cadre des consultations menées par le gouvernement en vue de l’élaboration de la Stratégie numérique du Québec, ce mémoire proposait 27 recommandations destinées à transformer le réseau collégial afin de répondre aux bouleversements de la société en général et du monde du travail en particulier dans le contexte de la quatrième révolution industrielle. Les trois orientations générales du Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur présenté aujourd’hui – soutenir le développement des compétences numériques des jeunes et des adultes, exploiter le numérique comme un vecteur de valeur ajoutée dans les pratiques d’enseignement et d’apprentissage, et créer un environnement propice au déploiement du numérique dans l’ensemble du système éducatif – se déclinent en neuf objectifs auxquels sont rattachées trente-trois mesures qui sont en phase avec l’essentiel des recommandations formulées par les cégeps à cet égard.

La Fédération des cégeps attendra la publication des nouvelles règles budgétaires pour analyser plus en détail les montants alloués aux cégeps pour la mise en œuvre des différents axes de ce plan d’action, mais assure d’ores et déjà le gouvernement de son entière collaboration de concert avec tous les partenaires des réseaux de l’éducation et de l’enseignement supérieur pour faire de ce virage numérique dont le Québec a bien besoin un succès sur toute la ligne.

La Fédération des cégeps est le regroupement volontaire des 48 collèges publics du Québec. Elle a été créée en 1969 dans le but de promouvoir le développement de la formation collégiale et des cégeps. Elle agit comme porte-parole officiel et lieu de concertation des cégeps, à qui elle offre des services en matière de pédagogie, d’affaires étudiantes, d’affaires internationales, de formation continue et de services aux entreprises, de financement, de recherche, de ressources humaines, d’évaluation de la scolarité, d’affaires juridiques, de ressources informationnelles, de négociation et de relations du travail. La Fédération des cégeps représente les collèges pour la négociation des conventions collectives. www.fedecegeps.qc.ca.

Suivez-nous sur Twitter : @fedecegeps

SOURCE Fédération des cégeps

Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement l'Hebdo de l'École branchée en ligne!