Expérimenter et partager des stratégies d’étude efficace

0

À l’occasion du colloque #Clair2018, nous avons croisé Julie Thivierge, enseignante de 3e année à l’école du Bac de la CS des Navigateurs. Elle a accepté de nous parler de ses pratiques gagnantes de développement de stratégies d’étude efficaces.

Du 25 au 27 janvier derniers, L’École branchée était à Clair au Nouveau-Brunswick. C’est dans sa petite école au grand cœur, le Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska (CAHM) que se tient le colloque annuel Clair – Voir l’éducation autrement. Plus de 325 personnes s’y sont réunies, en plus des presque 200 élèves.

Julie a développé en classe l’enseignement des stratégies d’étude suite à l’écoute des parents qui lui témoignaient à quel point l’heure des devoirs et des leçons était un moment conflictuel à la maison. Elle s’est questionnée à propos de l’impact positif sur la vie de l’enfant des devoirs et des leçons à la maison. Elle a choisi de dégager 30 minutes de temps des jeunes en classe et de les consacrer à l’étude. Julie s’est aussi rendue compte qu’on a tendance à prendre pour acquis que les jeunes savent comment étudier et réaliser leurs devoirs efficacement. En réalité, ce n’est pas du tout le cas.

Julie souligne que les résultats de ses élèves n’ont aucunement diminué face à cette nouvelle approche. La majorité des parents de ses élèves observent que leur enfant acquiert une belle autonomie, qu’il s’évertue à faire de meilleurs choix et qu’ils sont davantage engagés dans leur réussite scolaire.

La variété : une clé

Julie enseigne une grande variété de façons d’étudier. L’objectif est que chaque enfant puisse essayer et choisir celles qui sont bénéfiques pour lui. Elle a pour cela créer une communauté de partage autour des stratégies d’études. Que ce soit une application, un site Web ou une façon de faire, tout peut être partagé. Parfois, ce sont même les parents qui proposent une méthode à leur enfant. Pour tout ce qui fonctionne bien, Julie invite ses élèves à expliquer aux autres leurs bonnes pratiques. Chacun peut faire bénéficier le groupe de ses bons coups.

Ces périodes quotidiennes sont des moments privilégiés pour faire de l’enseignement de niveau 2 et revenir en sous-groupe sur des concepts ayant été moins bien assimilés. Julie souligne également qu’il s’agit d’une excellente façon de connaître ses élèves en profondeur. Lors de ces périodes d’étude en classe, elle porte une attention toute spéciale au climat afin que celui-ci soit propice aux apprentissages. Les périodes sont réparties à différents moments de la journée afin de créer les conditions gagnantes pour les élèves. Elle laisse les jeunes choisir l’endroit où ils sont confortables, et déterminer s’ils veulent étudier individuellement ou en équipe.

La variété des outils utilisés est également favorisée. Julie peut même proposer à un élève qui étudie régulièrement sur son iPad de le faire avec papier crayon pour lui permettre d’expérimenter un maximum de possibilités. Rappelons que l’objectif est de leur permettre de trouver les conditions et stratégies d’étude qui fonctionnent le mieux pour eux. Au primaire, le jeu occupe une place de choix dans l’enseignement des stratégies car il permet de montrer aux élèves qu’il est possible d’étudier en s’amusant. De plus, le jeu laisse beaucoup de place à l’enseignement des habiletés sociales et au pouvoir de collaboration.

Pour Julie Thivierge, il est important que les enfants puissent toucher à différentes stratégies d’étude afin de comprendre qu’il n’existe pas seulement une façon d’étudier!

Pour la rejoindre et la suivre sur Twitter : @ThiviergeJulie

Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement l'Hebdo de l'École branchée en ligne!