Répondre aux besoins du milieu pour favoriser l’engagement et la réussite

0

À l’occasion du colloque #Clair2018, nous avons rencontré Alain Poitras, coordonnateur des écoles communautaires entrepreneuriales du District scolaire francophone Sud, nous explique les bienfaits de l’approche pédagogique entrepreneuriale sur l’engagement et la motivation des élèves dans leur école et leur communauté.

Du 25 au 27 janvier, L’École branchée était à Clair au Nouveau-Brunswick. C’est dans cette petite école au grand coeur, le Centre d’apprentissage du Haut-Madawaska (CAHM) que se tient le colloque annuel CLAIR – Voir l’éducation autrement. Plus de 325 personnes s’y sont réunies, en plus des presque 200 élèves.

Dans cette entrevue, vous verrez Alain porter une magnifique cravate qui représente bien la vision des écoles communautaires entrepreneuriales, celle où chaque enfant est heureux de venir apprendre à l’école. En effet, c’est à travers l’engagement et la motivation des élèves que les apprentissages prennent racines. Alain explique que le fait de mettre les jeunes en action dans des projets qui répondent à des besoins réels de l’école ou de la communauté crée chez eux un réel sentiment d’engagement envers leur réussite et celle du projet.

Le mouvement des écoles communautaires entrepreneuriales

Depuis plus de 10 ans, le Nouveau-Brunswick a développé son modèle d’école communautaire entrepreneuriale. Alain parle d’un mouvement dans lequel l’ensemble des écoles se sont engagées, afin de s’entreprendre avec conscience. Leur programme éducatif vise l’acquisition de compétences dans un contexte authentique et signifiant, celui de la vraie vie. Et détrompez-vous : dans un projet entrepreneurial, on ne doit pas nécessairement vendre quelque chose, rappelle-t-il. On doit cependant répondre à un besoin du milieu, soit par la création d’un produit, l’offre d’un service ou la réalisation d’un événement. Au cours de la dernière année, avec l’appui du partenaire Place aux compétences, plus de 500 projets entrepreneuriaux ont été réalisés par les élèves des écoles francophones du Nouveau-Brunswick.

Pour terminer, Alain Poitras se dit fier de constater un alignement parfait de cette volonté de s’entreprendre au niveau des différents paliers, du ministère de l’Éducation jusqu’au district, puis dans l’école et dans la communauté. Et ce toujours dans un souci particulier de réussite éducative, de construction identitaire et de mieux-être.

Pour en savoir plus, visitez le site de l’école communautaire entrepreneuriale du District scolaire francophone Sud.

Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement l'Hebdo de l'École branchée en ligne!