Les facteurs de succès d’un atelier de fabrication numérique à l’école

0

Un entretien avec Michel Choquette, facilitateur lors de l’événement CréaCamp du 17 novembre 2017, qui nous parle des ateliers de fabrication numérique en milieu scolaire et des facteurs qui influencent leur succès.

Michel est co-responsable de la Fabrique, l’atelier de fabrication numérique du Collège Beaubois à Montréal. Il a accepté de recevoir les participants du CréaCamp qu’il a accompagnés dans leur atelier de fabrication numérique. Au travers de cette rencontre et en répondant aux questions de ses visiteurs, il comprend que le besoin des établissements est plutôt d’organiser la structure, de déterminer les personnes responsables et de définir comment on approche les enseignants pour y réaliser leurs projets.

Le facteur de succès clé de la Fabrique

Pour assurer l’accompagnement des utilisateurs de la Fabrique, on a d’abord dégagé deux ressources à temps partiel qui ont été identifiées pour leurs compétences technologiques et pédagogiques. Il y a donc deux enseignants accompagnateurs à la Fabrique. Selon Michel, cet accompagnement est le facteur déterminant du succès de la Fabrique. Cela aide les enseignants à comprendre leurs contraintes de temps et de programme, pou intégrer les possibilités de la Fabrique dans leur enseignement et ainsi augmenter l’intérêt des jeunes envers la matière.  

Évoluer et inspirer

Les responsables de la Fabrique pensent déjà à laisser des traces de leur fonctionnement ainsi qu’à former la relève qui apportera à son tour sa façon de faire. Ces traces permettent à la direction de soutenir les projets de la Fabrique et à accompagner les enseignants au niveau pédagogique. La collaboration, la coopération et la créativité sont au coeur de l’approche pédagogique de l’équipe d’accompagnement. Pour les enseignants du Collège Beaubois, la Fabrique fait partie du processus des projets de classe. C’est la Fabrique qui va en sciences ou qui se rend à la maternelle et non l’inverse. Actuellement, la Fabrique est victime de son succès et l’équipe relève le défi judicieusement en répartissant son temps afin d’accompagner un maximum d’enseignants. L’objectif est d’appuyer certains dans la réalisation d’un premier projet tout en invitant les autres à être autonomes et à poursuivre leur projet et cultiver leur créativité. Pour Michel, il importe de s’adapter à son équipe école et de s’accorder le droit à l’erreur. Il partage notamment qu’un de ses premiers projets en sciences n’a pu être terminé pour des contraintes de temps. Selon lui cela fait partie des apprentissages nécessaires pour pouvoir mener un projet à son apogée.

Pour en savoir plus sur les différentes étapes qui ont mené à la création de la Fabrique, nous vous invitons à lire la série d’articles réalisée par le Collège Beaubois en collaboration avec l’École branchée.

Pour suivre Michel:

T : @mchoquettenouv

Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement la revue de la semaine de l'École branchée en ligne!