L’écriture collaborative : une base commune pour la réussite

0

À l’occasion du CréaCamp du 17 novembre 2017 à Montréal, Stéphanie Dionne, de l’École branchée, s’est entretenue avec l’une des facilitatrices de l’événement, Mme Marie-Claude Gauthier. Elles discutent ensemble des bienfaits des travaux scolaires nécessitant d’écrire en collaboration.

Marie-Claude Gauthier est conseillère pédagogique en intégration des nouvelles technologies et enseignante de français en 4e année du secondaire au Collège Jean-Eudes, à Montréal. Elle prépare présentement un doctorat sur l’intégration des technologies dans la classe de français, plus particulièrement sur les effets des rétroactions fournies sur une plateforme numérique d’écriture collaborative. J’ai eu la chance de m’entretenir quelques minutes avec elle lors de sa participation au CréaCamp du 17 novembre 2017, à Montréal, où elle animait un atelier sur ce thème en compagnie d’un autre enseignant, Sylvain Desautels.

Pour elle, l’écriture collaborative est l’occasion de mettre les forces vives des élèves au service de la classe et leur permettre de se donner de la rétroaction entre eux. Elle constate qu’en ce moment, le milieu de l’éducation vit un certain décloisonnement, et que l’écriture collaborative interpelle maintenant les enseignants de toutes les matières.

Des outils numériques en soutien à la démarche pédagogique

Elle précise que l’outil numérique d’écriture collaborative soutient la démarche pédagogique. Pour ce faire, on peut penser aux plateformes telles que la suite Google. Pour les utilisateurs de l’iPad, on peut utiliser le site Web epad.recit.org, qui permet d’écrire dans un même texte avec une couleur différente pour chacun élève, en plus de partager des commentaires dans une fenêtre de communication instantanée adjacente.

Deux conditions pour collaborer de façon optimale

Selon Marie-Claude Gauthier, il y a deux conditions pour que la collaboration soit optimale :

  1. Débuter par un enseignement explicite. Une modélisation du sujet est nécessaire pour permettre aux élèves de porter une observation critique sur le travail à réaliser.
  2. Segmenter la tâche. L’utilisation d’une plateforme d’écriture numérique ne rend pas le tout magique! Il importe de montrer aux élèves les points à observer dans le travail de l’autre pour lui fournir une rétroaction satisfaisante, qui permet l’amélioration continue.

Elle nous explique que la recherche démontre que les jeunes développent leur habileté à s’auto-observer en fonction des mêmes critères que ceux qu’ils ont observés chez leurs pairs. Il y a donc un transfert bénéfique de cet apprentissage qui se voit dans les évaluations des élèves. Le succès de ce transfert repose sur la répétition de l’exercice.

La collaboration est un socle commun qui permet de développer l’écriture en plus d’apprendre à porter un regard critique. Et c’est bénéfique dans tous les domaines!

Ressources suggérées :

Pour en savoir plus :

Twitter : @MarieGauthie

Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement la revue de la semaine de l'École branchée en ligne!