Mettre en place ou réévaluer un makerspace à l’école : petit guide pratique

0

Vous songez à mettre sur pied un makerspace dans votre école ou souhaitez réévaluer celui qui est déjà en place? Notre collaboratrice a déniché un petit guide qui pourrait vous être fort utile!

Que vous souhaitiez mettre sur pied un makerspace ou que vous cherchiez de nouvelles idées pour améliorer celui dont dispose votre école, le livret The Maker Program Starter Kit, téléchargeable gratuitement (en anglais uniquement), est une référence, une mine d’idées.

Au début, on invite à développer un esprit maker. On part du principe qu’un enseignant qui a l’esprit maker est avant tout un entraîneur, un coach. C’est aussi un cheerleader, un apprenant lui-même et un investigateur. L’enseignant ayant l’esprit maker est le lien indispensable entre les élèves et les ressources disponibles pour leur permettre d’atteindre les objectifs d’apprentissage.

Ensuite, les auteurs du livret encouragent à définir sa propre vision du terme maker, un terme qui peut avoir plusieurs sens. Que signifie maker pour vous? On propose en ce sens quelques activités pour vous guider :

  • le brainstorming en groupe de 3 à 8 personnes, où chacun offre son point de vue sur sa vision du succès dans le cadre d’un programme maker, parle de ses inquiétudes, etc.;
  • une activité visant à identifier les forces et les faiblesses de l’équipe;
  • une animation permettant aux membres de l’équipe de préciser leur vision des activités de type maker qu’ils préconiseront.

Le livret parle aussi du choix des activités offertes dans le cadre du makerspace. S’agira-t-il de projets, d’activités de design, d’activités de type technique ou d’un makerspace de type drop in? On présente les caractéristiques de chaque type avec quelques exemples.

 

Faire appel à la communauté

Un makerspace est un concept communautaire. Au chapitre 6 du livret, on propose des animations qui aideront à la logistique et à coordination du soutien. Plus loin, on parle aussi d’inclusivité.

Que faire face à l’échec, face à l’imprévu? Le livret suggère la mise en place de groupes de soutien, par exemple un groupe sur Facebook qui regrouperait les écoles ayant des makerspaces. Il faut aussi savoir faire appel à des groupes aux compétences particulières, par exemple la page Facebook du Club Framboise, la communauté des utilisateurs de Rapsberry Pi du Québec.

De quoi demain sera-t-il fait? Bonne chance à tous les makers actuels et futurs.

Accéder à la page permettant de télécharger le livret.

 

Des makerspaces dans des écoles du Québec

Article précédentRentrée scolaire : 341 970 magazines donnés aux élèves
Article suivant#ludovia14 : La 14e édition de l’Université d’été Ludovia bat son plein
Ninon Louise LePage est pédagogue et muséologue récemment sortie d’une retraite prématurée pour renaître comme désigner pédagogique. Elle a enseigné à l'Université du Québec à Montréal et à l'Université de Sherbrooke en didactique des sciences, en plus de travailler au Réseau canadien d'information sur le patrimoine comme expert-conseil en muséologie. Elle écrit également pour nos amis français chez Ludomag. Elle invite par ailleurs tous les intéressés à la contacter afin qu’elle parle de vous, vos élèves, votre école et vos expériences particulières en éducation au numérique et à l’informatique.

Laisser un commentaire