Chassymo et LoCoTex : des logiciels d’aide à l’apprentissage de la lecture validés par la recherche

0

Annie Magnan et Jean Ecalle, chercheurs à l’Université Lyon2, nous présentent des logiciels d’aides à l’apprentissage de la lecture qu’ils ont conçus et validés expérimentalement. Ils reposent sur des hypothèses théoriques récentes sur les mécanismes cognitifs de la lecture.

par Annie Magnan & Jean Ecalle
Université Lyon2 – France

Chercheurs depuis de nombreuses années au laboratoire d’Etudes des Mécanismes Cognitifs dans l’équipe Apprentissage, Développement et Troubles du Langage, Annie Magnan et Jean Ecalle travaillent sur les aides informatisées à l’apprentissage de lecture (voir sur leur site l’ensemble de leurs travaux http://ecalle-magnan.fr).

Dans une démarche partant de la recherche fondamentale à la recherche appliquée, ils plaident en faveur d’interventions “raisonnées” (evidence-based practices), c’est-à-dire basées sur des outils qui ont fait l’objet de validation empirique. Dans cette perspective ils ont conçu et validé expérimentalement des logiciels d’aides à l’apprentissage de la lecture qui reposent sur des hypothèses théoriques récentes sur les mécanismes cognitifs de la lecture.

Ils ont ainsi mis au point et testé deux logiciels correspondant aux deux composantes de la lecture distinguées dans le modèle simple de la lecture (Simple View of Reading), l’identification de mots et la compréhension. L’élaboration de ces deux logiciels repose sur des arguments expérimentaux récents concernant pour l’un le rôle des unités syllabiques comme unités intermédiaires et fondamentales de décodage phonologique en français chez l’enfant normo-lecteur et dyslexique (Chassymo), pour l’autre l’extraction d’informations littérales et la construction d’inférences, processus dont on connaît désormais l’importance dans la compréhension en lecture (LoCoTex).

Ces deux systèmes d’aides ont été testés auprès d’un échantillon de jeunes enfants en difficulté d’apprentissage de la lecture (CP et CE1) et répartis à l’issue d’un diagnostic différentiel selon trois profils : faibles identifieurs, faibles compreneurs et faibles lecteurs mixtes. Ces logiciels peuvent être utilisés dans une démarche de réponse de première intention à l’école pour des enfants à risque familial de dyslexie ou en difficultés d’apprentissage de la lecture.

Laisser un commentaire