La passion de l’entrepreneuriat étudiant

0

Publireportage

Corinne Germain est une enseignante passionnée par l’entrepreneuriat étudiant. Chaque semaine, elle parcourt la vingtaine d’établissements de la commission scolaire des Découvreurs, à Québec, à titre de responsable de « l’intégration de la pédagogie à valeur entrepreneuriale ». Sa mission : sensibiliser les enseignants et leurs classes à l’entrepreneuriat par le biais d’ateliers et d’activités.

Elle accompagne elle-même les élèves qui participent à des concours d’entrepreneuriat en revoyant, par exemple, leur dossier de candidature pour les aider à le peaufiner.

Selon elle, l’entrepreneuriat est pour les élèves une occasion en or de développer des qualités utiles pour la vie. À ses yeux, « il permet avant tout aux élèves de s’accomplir en tant qu’individus ».

AU-DELÀ DES PRÉJUGÉS 

Paradoxalement, celle qui enseigne aussi l’éthique et la culture religieuse n’a pas toujours été aussi passionnée l’entrepreneuriat étudiant.

« Lorsque la Commission scolaire m’a confié ce dossier il y a quelques années, je ne comprenais pas pourquoi nous voulions produire de mini-entrepreneurs en série. Rapidement, j’ai compris que ça va bien au-delà de ça, raconte Corinne Germain. Créativité, débrouillardise, coopération, autonomie, sens des responsabilités : les élèves développent des qualités utiles pour la vie! »

Dorénavant, elle ne manque pas une occasion de combattre les préjugés. « Plusieurs enseignants pensent spontanément que des objectifs mercantiles sont rattachés à l’entrepreneuriat étudiant, regrette-t-elle. Il faut ouvrir davantage les portes de nos écoles à l’entrepreneuriat. »

DES RESSOURCES 

Cela est d’autant plus important, selon elle, que des ressources sont mises à la disposition des enseignants. Pour illustrer son propos, Mme Germain parle d’une mesure budgétaire de sensibilisation à l’entrepreneuriat du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur à laquelle elle recourt depuis quatre ans. Son objectif : aider les élèves à démarrer un projet entrepreneurial à l’école.

Peu importe la nature de la ressource, Corinne Germain est formelle : « Frappez à la porte de votre direction pour en discuter! Ce sont les élèves qui en ressortiront gagnants. »

 

Laisser un commentaire