Réorienter le débat autour des écrans : la qualité avant la quantité

0

Et si au lieu de restreindre le temps passé devant les écrans, on conscientisait les jeunes aux impacts de ceux-ci? Des pistes…

Passons-nous trop de temps à regarder les multiples écrans de notre quotidien? Voilà une question qui alimente les débats sociaux et éducatifs depuis plusieurs années. Il est vrai que les écrans peuvent représenter un risque important de distraction. Ils constituent cependant une source inépuisable de possibilités d’apprentissage. Et si, au lieu de se concentrer sur la quantité de moments passés devant un écran, on se tournait vers la qualité de leur utilisation?

Dans l’article Reframing the Debate About Screen Time, publié sur Edutopia, Beth Holland, enseignante en technologies éducatives et étudiante au doctorat à l’Université Johns Hopkins, propose une réflexion sur le sujet. Inspirée par le livre The Triple Focus : A New Approach to Education, elle affirme que les enseignants pourraient maximiser le potentiel éducatif de l’utilisation des écrans dans leur classe en appliquant les trois principes du livre : se concentrer sur soi-même, se tourner vers les autres et avoir une vision globale du monde qui les entoure.

 

Développer la conscience de soi

Le défi à relever est d’enseigner aux jeunes à être conscients du risque de distraction lié à l’utilisation de leurs appareils mobiles et de les amener à gérer ce risque de façon autonome. L’auteure de l’article donne l’exemple d’un atelier lors duquel elle a exploré l’option des paramètres permettant d’éliminer les alertes provenant des appareils et de limiter l’utilisateur à une seule application ouverte à la fois. Cette option offre aux élèves une façon de contrôler leur environnement digital. En prenant conscience de la distraction créée par leurs appareils, les jeunes peuvent reconnaître les moments pendant lesquels ils devraient agir pour éliminer ce risque.

 

S’ouvrir aux autres

Plusieurs affirment que l’exposition aux écrans amène les utilisateurs à se replier sur eux-mêmes, par manque d’interaction avec les autres. À cet argument, Holland répond en mentionnant une idée tirée de l’article Research Says Screen Time Can Be Good for Your Kids par Jordan Shapiro. Au lieu de bannir l’usage des appareils mobiles et d’imposer un contrôle parental sur leur utilisation, il faudrait plutôt prêcher par l’exemple. En effet, Shapiro explique qu’afin de développer la capacité de comprendre le contexte d’utilisation de leurs appareils, ils ont besoin de voir des comportements sociaux positifs chez les adultes qui les entourent.

 

Comprendre l’impact des écrans sur son environnement

L’ouvrage cité précédemment affirme également que pour atteindre l’utilisation plus consciencieuse des appareils mobiles, les jeunes doivent en reconnaître l’impact sur leur environnement. Initier la réflexion par différentes questions semble une bonne idée : peuvent-ils identifier les contextes lors desquels l’utilisation d’écrans semble ou ne semble pas indiquée? Quelles règles devrait-on appliquer en classe à ce sujet? Comment les élèves peuvent-ils collaborer pour trouver des solutions?

En créant un espace de discussion et en impliquant les jeunes dans le processus de décision, les apprenants pourraient sans doute être plus conscients des impacts positifs et des risques de l’utilisation des écrans.

Pour consulter l’article complet en anglais, cliquez ici.

Article précédent38 projets soutenus par la Fondation Monique-Fitz-Back
Article suivantJournées de la persévérance scolaire, du 13 au 17 février 2017
Enseignante au département de formation à distance du Collège Éducacentre de Vancouver, rédactrice et réviseuse à la pige, Carolann s’intéresse de très près aux TIC et à leur utilisation dans le but de favoriser la réussite éducative du plus grand nombre. Titulaire d’un DESS en Enseignement du français au niveau collégial et d’un Baccalauréat en études littéraires, elle cultive sa passion pour la langue française et ses multiples visages depuis très longtemps. Plus récemment, après avoir passé plusieurs années en Colombie-Britannique, Carolann a ajouté l’enseignement du français langue première et seconde en milieu minoritaire à son expérience.

Laisser un commentaire