Jeux vidéo et compétences sociales et émotionnelles pour se préparer au marché du travail

0

Et si les TIC, dont les jeux vidéo, permettaient de mieux préparer les jeunes au marché du travail grâce à leur aspect social et émotionnel? Un rapport du Forum économique mondial le croit.

Que ce soit sur un ordinateur, une console de jeux vidéo ou encore un appareil mobile, plusieurs jeunes passent de nombreuses heures par semaine à s’amuser grâce à des jeux vidéo. Dans sont article How Gaming Connects to SEL and Career Readiness, paru sur Edutopia, Maurice J. Elias (professeur en psychologie à l’université Rutgers au New Jersey) invite les enseignants à utiliser le potentiel dormant des jeux vidéo pour aider les élèves à développer leurs compétences sociales et émotionnelles.

Il rappelle d’entrée de jeu les conclusions d’un rapport du Forum économique mondial paru en 2016, intitulé « New Vision for Education: Fostering Social and Emotional Learning Through Technology ». Selon ce rapport, les élèves d’aujourd’hui ont besoin de plus que l’apprentissage des matières de base. Des compétences comme la collaboration, la communication et la résolution de problèmes sont essentielles pour réussir dans notre économie numérique en constante évolution, et elles peuvent notamment être développées via l’apprentissage social et émotionnel (social and emotional learning, SEL).

Le jeu vidéo pour mieux se préparer au marché du travail

M. Elias s’est entretenu avec Jessica Berlinski, entrepreneure américaine en technologie éducative et consultante en SEL (social and emotional learning). Celle-ci explique que l’apprentissage par les jeux vidéo permet de non seulement consolider les compétences sociales et émotionnelles, mais également de faire comprendre aux jeunes l’importance de ces compétences pour leur future profession.

L’entrepreneure propose une démarche simple aux enseignants qui souhaitent amener cette prise de conscience :

  • Premièrement, demander aux élèves d’identifier leur emploi idéal ou un champ d’expertise qui les intéresse.
  • Deuxièmement, inviter les jeunes à partager leurs intérêts au sujet de leurs jeux favoris.
  • La prochaine étape serait d’amorcer une réflexion autour des compétences sociales et émotionnelles sollicitées dans un jeu choisi. Par exemple, doivent-ils utiliser la collaboration? La communication? Doivent-ils prendre des décisions? Résoudre des problèmes? Faire preuve d’empathie? Dans quels contextes utilisent-ils ces compétences?
  • Après avoir réfléchi au sujet des compétences utilisées dans le jeu, il sera temps d’amener les élèves à s’interroger sur l’utilité de ces compétences dans leur future profession.

Berlinski met l’emphase sur le fait que les enfants sont intéressés par les jeux et que leur expérience des jeux peut mener à une attitude positive en prévision de la préparation au marché du travail.

Pour lire l’article complet (en anglais), c’est ici : How Gaming Connects to SEL and Career Readiness

Article précédentDes écoles pas comme les autres!
Article suivantÊtre surveillé partout et en tout temps : « et alors? »
Enseignante au département de formation à distance du Collège Éducacentre de Vancouver, rédactrice et réviseuse à la pige, Carolann s’intéresse de très près aux TIC et à leur utilisation dans le but de favoriser la réussite éducative du plus grand nombre. Titulaire d’un DESS en Enseignement du français au niveau collégial et d’un Baccalauréat en études littéraires, elle cultive sa passion pour la langue française et ses multiples visages depuis très longtemps. Plus récemment, après avoir passé plusieurs années en Colombie-Britannique, Carolann a ajouté l’enseignement du français langue première et seconde en milieu minoritaire à son expérience.