Retour sur le Sommet Google pour l’éducation de Saint-Jérôme

0

Les 12 et 13 novembre 2016 s’est tenu à l’Académie Lafontaine un Sommet Google pour l’éducation d’EdTechTeam. On vous partage quelques notes de notre passage.

Cet évènement intensif de deux jours permettait de s’initier ou d’approfondir sa connaissance des outils Google pour l’éducation. On peut revoir en ligne l’horaire détaillé de l’événement.

La première conférence d’ouverture, J’ai 15 ans et dans 15 ans je voudrais être…, a été offerte par une très impressionnante jeune élève de 4e secondaire, Élisabeth Valois.   Vous pouvez l’entendre ici expliquer son besoin de sortir du cadre de l’école dont il faut, selon elle, repenser les espaces et tenter d’atteindre l’équilibre.

Madame Lise Galuga, technopédagogue, a présenté la seconde conférence d’ouverture, Orienter nos efforts dans un monde numérique. On y parvient, explique-t-elle, selon quatre axes :

  • orienter notre cercle d’influence;
  • cibler nos actions;
  • agir dans notre réseau;
  • se donner le droit à l’erreur.

L’évènement de fermeture a été une conférence de Biz, l’un des co-fondateurs du groupe Loco Locass, qui nous a fait rire, mais aussi réfléchir, en présentant sa vision de l’école.

Voici maintenant quelques notes à propos de 2 ateliers auxquels nous avons assisté, parmi les 50 qui étaient au programme.

 

Atelier : « La suite Google : des outils efficaces dans ma classe »

Dans les ateliers proposés par la suite, certains ont choisi d’entendre Carl Parent, enseignant à l’école de l’Étoile, commission scolaire des Navigateurs (Lévis). Il utilise la « GSuite pour l’éducation » auprès d’élèves qui ont tous un iPad. « La technologie en classe est un outil qui trouve sa pertinence lorsqu’elle permet de répondre à un besoin », a-t-il expliqué.

La GSuite pour l’éducation est formée de :

  • Google Drive, « un coffre-fort » (selon Google) pour les fichiers qui sont stockés gratuitement au Canada pour les clients de l’entreprise en éducation;
  • Docs, un traitement de texte;
  • Sheets, un tableur;
  • Slides, pour créer des présentations;
  • Forms, pour créer des formulaires et des questionnaires.

Carl Parent se dit séduit par la GSuite car (quelques raisons en vrac!) :

  • c’est principalement un lieu de création;
  • elle présente un espace de stockage illimité pour l’établissement qui a un compte GSuite;
  • elle permet facilement le partage et la collaboration entre les usagers;
  • les fichiers sont accessibles sur tout support et partout où une connexion Internet est disponible;
  • un seul mot de passe est nécessaire pour accéder à tous les services de la suite;
  • il répond au besoin de partager facilement des fichiers avec tous les élèves;
  • donne accès aux élèves à un corrigé selon les conditions de l’enseignant;
  • donne un accès facile aux textes numériques écrits par les élèves;
  • permet de procurer une planification complète, avec une mise à jour immédiate, à l’enseignant suppléant;
  • les absents à une rencontre ont rapidement accès au compte-rendu et la collaboration est possible pour les secrétaires de réunion;
  • la planification commune de scénarios éducatifs est facilitée sur Sheets;
  • il est possible pour les élèves de s’inscrire dans des activités à horaire variable;
  • on peut créer un seul tableau pour toutes les notes de chaque élève, consultable en tout temps;
  • l’outil Forms autorise la création de listes de réservation, ce qui demande aux élèves d’assumer la responsabilité du matériel qu’ils empruntent.

D’autres applications, telles Google Calendar, peuvent s’ajouter à la GSuite pour créer par exemple un calendrier de réservation du matériel et des locaux commun. Aussi, on compte Google Photos, que les parents aiment tant! Vous pouvez d’ailleurs voir des photos souvenir du Sommet en ligne ici.

Carl Parent a aussi fait une parenthèse sur la possibilité de « fabriquer » des Chromebooks (ordinateurs optimisés pour l’utilisation des outils Google) à partir d’ordinateurs récupérés. L’installation gratuite d’un système d’exploitation « clone » de Chromium OS est facile, selon lui.

 

Atelier : « Classroom 101 »

Dans un autre atelier, Marc Landry, du Collège Notre Dame de Montréal, a présenté une introduction à Google Classroom. Cette plateforme gratuite dédiée aux écoles a pour objectif de réaliser une école sans papier et est accessible à quiconque utilise la GSuite pour l’éducation.

Pour commencer, inscrivez-vous comme enseignant et réfléchissez au nom à donner à votre (vos) groupe(s) et vos cours selon les conseils de M. Landry, ci-dessous.

  • Le nom est uniforme avec les autres cours de l’école;
  • Il inclut la matière dans le titre;
  • Il indique le numéro du groupe;
  • Et aussi l’année scolaire.

Ensuite, sélectionnez les élèves à ajouter à cette classe à partir de votre compte GSuite (Google Apps).

Vous pouvez assigner des devoirs en quelques instants :

  • donnez un titre et une courte description de la tâche;
  • indiquez la date de remise;
  • ajoutez un fichier Drive, une vidéo YouTube ou une page Web si désiré;
  • dans Drive, choisissez le document à joindre au devoir et indiquez que vous désirez assigner une copie de ce document à chaque élève;
  • les élèves voient la liste de leurs travaux et choisissent celui qu’ils veulent travailler;
  • le document s’ouvre dans Google Docs et l’élève y rédige son travail;
  • lorsque l’élève considère son travail complété, il clique sur le bouton « Remettre »;
  • les travaux remis par les élèves sont classés dans Google Drive par cours et par devoir;
  • l’enseignant voit en temps réel qui a remis son travail;
  • Classroom permet de corriger, noter et commenter les devoirs.

Classroom permet aussi, entre autres, de faire des annonces générales et de créer des questions.

Le principal conseil de Marc Landry pour réussir l’intégration de Classroom à votre quotidien est de prendre votre temps.

Laisser un commentaire