Pierre Gagnon : Faire en sorte qu’aucun élève ne soit malheureux en classe

0
Photo : Alexandra Viau

Pierre Gagnon est un vrai passionné de son métier. Enseignant au 3e cycle du primaire à la Commission scolaire de Montréal depuis 2002, plusieurs le connaissent aussi grâce à l’année qu’il a passée au sein de l’équipe de ChallengeU. Dans cet épisode des Rendez-vous pédagogiques de l’École branchée, il nous parle de son parcours, de changement et de l’importance qu’aucun élève de sa classe ne soit malheureux.

Les « Rendez-vous pédagogiques de l’École branchée » sont des entretiens en baladodiffusion avec des acteurs du milieu scolaire d’ici et d’ailleurs. Notre collaborateur (et idéateur du concept), Marc-André Girard, s’entretient aujourd’hui avec Pierre Gagnon, enseignant au 3e cycle du primaire à l’école Saint-Gérard de la Commission scolaire de Montréal.

En 2014-2015, Pierre Gagnon a pris une année sabbatique pour aller travailler avec l’équipe de ChallengeU. Il a parcouru pas moins de 40 000 km en 10 mois et presque fait le tour du Québec! Ceci lui a permis de rencontrer des milliers d’enseignants pour présenter la plateforme collaborative.

Photo : Alexandra Viau
Photo : Alexandra Viau

L’une des choses qui l’ont frappé le plus, tel qu’il le dit lui-même, est « le nombre de profs qui sont « fous », dans le bon sens du terme! » Il raconte avoir vu des choses exceptionnelles dans les classes. Il a aussi remarqué que lentement, les enseignants s’ouvrent au partage, notamment grâce à l’influence positive de groupes sur Facebook, comme celui sur Les TIC en éducation. En effet, « les enseignants sont de moins en moins gênés de poser des questions à leurs pairs, alors qu’on incite les élèves à le faire depuis toujours! », observe-t-il.

Cette année, son cœur l’a ramené à ses élèves cette année. Au quotidien, il tente d’appliquer ce qu’il a pu prendre le temps de cogiter pendant les nombreux kilomètres parcourus l’an dernier. Aussi, après avoir prôné le changement partout, il réalise que tous ne peuvent pas changer à la même vitesse. Il se rend aussi compte qu’il ne change pas lui-même aussi vite qu’il l’aurait pensé, ou que ses collègues ne changent pas au même rythme que lui.

Il parle également de l’importance qu’il accorde, dans sa classe, à ce qu’aucun élève ne soit malheureux et que chacun d’entre eux puisse exprimer sa créativité.

Un enseignant vraiment inspirant!

 

Faire en sorte qu’aucun élève ne soit malheureux en classe

Marc-André Girard s’entretient avec Pierre Gagnon
Enseignant au 3e cycle à la CSDM
Télécharger ici.  (format .mp3)

 

Voyez aussi une vidéo présentant la porte de sa classe, dont il est question dans l’entretien : https://www.youtube.com/watch?v=dAjGHhK6ers

 

 

Commentaires

Vous avez aimé lire cet article?

Recevez gratuitement l'Hebdo de l'École branchée en ligne!


Article précédentL’évaluation intégrée aux apprentissages pour aider le tiers faible
Article suivant 2016 : Année bissextile de 366 jours
Marc-André Girard est détenteur d’un baccalauréat en enseignement des sciences humaines (1999), d’une maitrise en didactique de l’histoire (2003) et d’une maitrise en gestion de l’éducation (2013). Il est actuellement doctorant en administration scolaire. Il s’est spécialisé en gestion du changement en milieu scolaire ainsi qu’en leadership Il s’intéresse également aux compétences du 21e siècle à développer en éducation. Il occupe un poste de direction au Collège Beaubois et donne des conférences sur le leadership en éducation, les approches pédago-numériques, le changement en milieu scolaire ainsi que sur la professionnalisation de l’enseignement. En septembre 2014, il a publié le livre « Le changement en milieu scolaire québécois » aux Éditions Reynald Goulet et a traduit quatre ouvrages en technologie de l'éducation chez le même éditeur. Il collabore également à L’École branchée et blogue (magirard.com) sur les questions relatives à l’éducation. Il est très impliqué dans tout ce qui entoure le développement professionnel des enseignants et l’intégration des TIC à l’éducation. En mars 2016, il a reçu un prix CHAPO de l’AQUOPS pour l’ensemble de son implication.