Ses résultats en dents de scie valent au Québec un C au bilan comparatif sur l’éducation et les compétences

0

OTTAWA, le 26 juin 2014 /CNW/ – Le Québec reçoit un C et se classe en dixième position parmi les 26 provinces et pays analysés dans le bilan comparatif sur l’éducation et les compétences. Cette année, pour la première fois, le programme Les performances du Canada : Bilan comparatif sur l’éducation et les compétences prend en compte la performance des provinces et inclut celles-ci dans son classement.

« Le Québec arrive en tête pour certains indicateurs, comme les compétences en mathématiques des élèves, souligne Michael Bloom, vice-président, Stratégie industrielle et commerciale. Son système éducatif parvient à donner aux élèves l’occasion de réussir, indépendamment de leur milieu socio-économique. […] Cependant, pour les indicateurs concernant les compétences des adultes, surtout la littératie, le Québec est peu performant par rapport à la plupart des autres provinces et pays comparables au Canada. »

 

FAITS SAILLANTS

  • La performance globale du Québec lui vaut une dixième place au classement et un C au bilan comparatif sur l’éducation et les compétences.
  • Grâce aux excellents résultats de ses élèves à l’épreuve de mathématiques du PISA, la province décroche un A+ pour la proportion d’élèves ayant des compétences en mathématiques insuffisantes, et un A pour la proportion d’élèves ayant de hautes compétences en mathématiques.
  • Elle écope de faibles notes pour les compétences des adultes, surtout en littératie, mais aussi en numératie et en résolution de problèmes.

 

Au total, le Québec décroche cinq A ou A+, dont deux pour les indicateurs mesurant la proportion des 25 à 64 ans ayant complété leurs études secondaires et celle des 25 à 64 ans ayant obtenu un diplôme collégial.

Le Québec excelle à l’épreuve de mathématiques du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA). Il occupe à ce titre la première place du classement parmi les 26 provinces et pays évalués et décroche un A+ pour la faible proportion d’élèves de 15 ans ayant des compétences insuffisantes en mathématiques. Pour la proportion d’élèves ayant de hautes compétences en mathématiques, le A qu’il obtient lui vaut la deuxième place.

Par ailleurs, le Québec reçoit des B pour chacun des indicateurs suivants : élèves ayant de hautes compétences en compréhension de l’écrit; élèves ayant des compétences insuffisantes en compréhension de l’écrit et élèves ayant des compétences insuffisantes en sciences. La province fait toutefois moins bien pour les compétences des adultes, écopant d’une combinaison de C et de D en littératie, en numératie et en résolution de problèmes dans des environnements à forte composante technologique.

En ce qui concerne les élèves résilients, indicateur mesurant le pourcentage d’élèves de 15 ans issus d’un milieu socio-économique modeste qui obtiennent d’excellents résultats à l’épreuve de mathématiques du PISA, le Québec se classe en deuxième position et n’est devancé que par le Japon. Il reçoit un B pour l’indicateur de l’équité du rendement de l’apprentissage, qui mesure l’écart de résultats entre les élèves nés au pays et les élèves immigrés à l’épreuve de mathématiques du PISA.

Le Québec est la seule province qui a amélioré ses résultats par rapport aux pays comparables au Canada pour ce qui est du nombre de titulaires de doctorat, passant d’un D à un C en 2010. En 2011, il a décerné plus de doctorats (par tranche de 100 000 habitants âgés de 25 à 39 ans) que toute autre province, mais doit néanmoins se contenter d’un C compte tenu des résultats des pays comparables au Canada.

Le Conference Board et HEC Montréal ont mis sur pied l’Institut du Québec pour qu’il se penche sur les difficultés socio-économiques auxquelles le Québec est confronté et propose des solutions et des recommandations en se fondant sur de nouvelles analyses.

Les performances du Canada est un programme de recherche continu au Conference Board qui vise à aider les dirigeants à prendre connaissance des forces et des faiblesses relatives de la performance socio-économique du Canada. Le site Web du programme présente des données et des analyses sur la performance du Canada par rapport à celle de pays comparables dans six catégories de rendement : l’économie, l’innovation, l’environnement, l’éducation et les compétences, la santé et la société.

S’inspirant d’analyses antérieures du programme Les performances du Canada, le bilan comparatif sur l’éducation et les compétences publié aujourd’hui est le deuxième d’une série de six sur la performance socio-économique du Canada et des provinces à paraître au cours des 12 prochains mois. Le bilan sur l’économie a été publié en mai 2014. Les autres bilans seront publiés dans l’année à venir.

Cette année, pour la première fois, l’analyse propose également un classement des provinces. Les sources de données et la méthodologie sont décrites sur le site Web Les performances du Canada.

 

SOURCE Le Conference Board du Canada

 

Le Canada obtient de bonnes notes au bilan comparatif de l’éducation et des compétences, mais les résultats provinciaux sont contrastés

Photo_Asset_1

Le Canada obtient globalement un B, tout comme la C.-B., l’Ontario et l’Alberta

OTTAWA, le 26 juin 2014 /CNW/ – Alors même que les élèves reçoivent leur bulletin scolaire de fin d’année, le Conference Board du Canada remet ses bilans comparatifs sur les performances du Canada et des provinces au chapitre de l’éducation et des compétences.

La première édition des Performances du Canada : Bilan comparatif de l’éducation et des compétences comprenant les provinces dans le classement international révèle que le Canada obtient globalement un B et se situe dans les premiers rangs du classement international, grâce aux relativement bons résultats de certaines de ses provinces les plus peuplées. Il existe toutefois des différences marquées entre les provinces.

La Colombie-Britannique, l’Ontario et l’Alberta, provinces les mieux classées, obtiennent des B; le Québec et la Nouvelle-Écosse décrochent des C; et les cinq autres provinces se classent en queue de peloton avec des D et D-.

« Le Canada occupe le premier rang pour sa proportion élevée des 25 à 64 ans possédant un diplôme d’études collégiales et le second rang pour la proportion des 25 à 64 ans ayant complété leurs études secondaires, explique Michael Bloom, vice-président, Stratégie industrielle et commerciale. Notre pays offre aux élèves âgés de 5 à 19 ans une éducation de qualité dans les domaines essentiels que sont la compréhension de l’écrit, les mathématiques et les sciences. »

FAITS SAILLANTS
  • Au bilan comparatif de l’éducation et des compétences, le Canada se classe troisième sur 16 pays comparables, derrière le Japon et la Finlande.
  • La Colombie-Britannique, l’Ontario et l’Alberta obtiennent des B, et elles se classent toutes trois globalement mieux que le Canada.
  • Les élèves canadiens obtiennent d’assez bons résultats en compréhension de l’écrit, en mathématiques et en sciences, mais les compétences des adultes en littératie, en numératie et en résolution de problèmes valent principalement des C au Canada.

Cependant, le Canada obtient des notes relativement faibles pour ce qui est des compétences des adultes, qui comprennent la littératie, la numératie (mathématiques) et la résolution de problèmes dans des environnements à forte composante technologique (la capacité d’utiliser la technologie numérique, des outils de communication et des réseaux). Ces résultats se sont dégradés au cours des 10 dernières années. Les faibles nombres d’étudiants décrochant des doctorats et des diplômes en sciences, en mathématiques, en informatique et en génie sont les autres faiblesses du Canada.

Le bilan comparatif du Conference Board sur l’éducation et les compétences est le deuxième d’une série de six qui seront produits dans l’année à venir sur la performance socio-économique du Canada et des provinces. C’est la première année que l’analyse porte également sur les classements provinciaux.

Dans l’analyse de l’éducation et des compétences de 2014, le Canada occupe le troisième rang du classement international, derrière le Japon et la Finlande. Voici les 16 pays de comparaison et leurs notes respectives :

  • A – Japon, Finlande
  • B – Canada, Australie, Suisse
  • C – Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni, Belgique, Suède
  • D – Norvège, Irlande, Danemark, Autriche, États-Unis, France

 

Le Canada obtient quatre A sur les 23 indicateurs de l’éducation et des compétences. En plus d’un A en diplomation secondaire et collégiale, il décroche un A pour ce qui est de minimiser l’écart de rendement d’apprentissage en mathématiques entre les jeunes immigrants et les jeunes d’origine canadienne. Les pays qui mettent l’accent sur les critères économiques dans leur système d’immigration, comme le Canada, le Royaume-Uni et l’Australie, obtiennent généralement de meilleurs résultats à cet indicateur.

Le Canada obtient un B aux tests de compréhension de l’écrit, de mathématiques et de sciences du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA). Par ailleurs, sa faible proportion d’élèves de 15 ans ayant des compétences insuffisantes en compréhension de l’écrit lui vaut un A et sa faible proportion d’élèves ayant de hautes compétences en sciences, un C. Le Canada s’en sort toutefois moins bien pour ce qui est de la littératie, de la numératie et de la résolution de problèmes chez les adultes, ce qui lui vaut des C à la plupart de ces indicateurs.

Le Canada doit ses plus mauvaises notes à son faible taux d’obtention de diplômes universitaires en sciences, en mathématiques, en informatique et en génie et de diplômes de doctorat, qui lui valent dans les deux cas un D. Comme on considère que ces éléments contribuent largement à la recherche de pointe et aux connaissances avancées, de mauvais résultats en ce qui les concerne affaiblissent la performance du Canada en matière d’innovation.

Le Conference Board a mis sur pied des centres de recherche afin de relever des défis connexes. Le Centre de recherche sur les compétences et l’éducation postsecondaire examinera les questions relatives à l’enseignement postsecondaire, tandis que le Centre pour l’innovation des entreprises poursuit ses travaux en vue d’améliorer la performance du Canada sur le plan de l’innovation.

L’analyse des Performances du Canada vise à déterminer dans quelle mesure le Canada et ses provinces atteignent leur objectif de qualité de vie durablement élevée pour leurs citoyens. Six domaines de performance sont évalués : l’économie, l’éducation et les compétences, l’innovation, l’environnement, la santé et la société. Le bilan comparatif de l’économie a été publié en mai 2014. Les autres suivront au cours de l’année à venir.

Voir le graphique « Bilan comparatif – Éducation et compétences »

Bilan: éducation et compétences (Groupe CNW/Le Conference Board du Canada)

Voir le commentaire vidéo de Kristelle Audet, Economiste.

 

SOURCE Le Conference Board du Canada