Pionnière québécoise du 1:1 (1 appareil pour 1 élève), la CS Eastern Townships se tourne vers le iPad mini

0

Depuis 2003, élèves et enseignants de la Commission scolaire Eastern Townships (ETSB), dans la région de l’Estrie, travaillent et apprennent avec des ordinateurs portables au quotidien. Cependant, les nouvelles cohortes seront désormais équipées d’iPad mini. Pourquoi ce changement?

Depuis 2003, dès leur 3e année du primaire, les élèves fréquentant une école de l’ETSB se voyaient confier un portable Macbook. Ce dernier les suivait dans leur scolarité jusqu’à la fin de leur 5e année du secondaire. Renaud Boisjoly, coordonnateur à l’innovation, et Serge Béliveau, directeur adjoint aux services pédagogiques de la commission scolaire, ont accepté de répondre à nos questions à propos du changement de cap vers le iPad mini.

« Pour des raisons pédagogiques, mais aussi budgétaires, la Commission scolaire a fait le virage vers le iPad mini », explique M. Béliveau. Le déploiement devrait s’opérer sur une période de 4 ans, à raison de 2 niveaux par année, toujours de la 3e primaire à la 5e secondaire. Les enseignants continueront de bénéficier en plus d’un ordinateur portable afin de faciliter la gestion des travaux.

Qu’est-ce qui a motivé cette décision? Tel qu’expliqué par MM. Béliveau et Boisjoly, différents facteurs ont été pris en considération : l’intuitivité du iPad, les vastes possibilités de création qu’il offre, la rareté des bris, son poids très léger. « En d’autres mots, nous étions confiants que nos élèves et enseignants pourraient accomplir ce qu’ils souhaitent avec l’outil, tout en ayant les autres avantages mentionnés », expliquent-ils.

 

Lequel offre le plus de possibilités : ordinateur portable ou tablette mobile?  

De plus en plus d’écoles qui font le choix de s’équiper en appareils portables se questionnent : ordinateurs portables ou tablettes mobiles? Souvent, celles qui optent pour l’ordinateur portable évoquent le fait qu’il offrirait « plus de possibilités ». À l’encontre de cette tendance, la Commission scolaire Eastern Townships soutient l’inverse. « Notre expérience au cours des 10 années du projet 1 :1 (1 ordinateur par élève) nous a fait apprécier l’utilisation d’outils simples et fonctionnels. Malgré le fait que nous avions déjà des appareils assez simples d’utilisation, nos tests ont démontré qu’avec le iPad, les enseignants et les élèves pouvaient accomplir encore plus facilement ce qu’ils désiraient et avec encore moins de soutien technique. De plus, les coûts reliés à l’achat sont beaucoup moindres, tout comme la facture liée aux bris. »

Et alors, pourquoi l’édition « mini » du iPad? ? Les élèves ne vont-ils pas se fatiguer plus vite sur le petit écran? « Jusqu’à présent, les résultats sont concluants et les enseignants s’en servent définitivement comme outil de travail en classe. Le iPad mini s’avère un excellent outil de création de contenu de toutes sortes. Même pour l’écriture de textes, cela ne semble poser aucun problème à ce stade. »

Finalement, « le monde d’aujourd’hui se dirige définitivement vers la mobilité », concluent les deux hommes. Alors économie, grandes possibilités créatives et soutien technique allégé ont finalement ouvert la voie au iPad mini à l’ETSB. Il sera intéressant d’évaluer le succès de cette mesure au courant des prochaines années.

 

Un premier EdCamp à l’ETSB en avril

Le 26 avril prochain, la Commission scolaire sera l’hôte d’un premier EdCamp régional bilingue. Les inscriptions se passent ici!

Laisser un commentaire