Les compétences linguistiques des enseignants : un atout essentiel à évaluer

0

En décembre dernier, le Conseil des ministres de l’Éducation (CMEC) a rendu public un rapport mettant en lumière la corrélation entre les compétences linguistiques des enseignants du primaire et du secondaire et l’efficacité de leur enseignement. Il apparaît que l’excellence dans cette profession exige des compétences poussées dans ce domaine.

Quelle que soit la langue dans laquelle sont divulgués les cours, les compétences linguistiques demeurent une priorité au sein du corps enseignant. Le récent rapport du CMEC le confirme, en vertu des résultats d’une recherche s’intégrant à un projet de longue haleine. Ce dernier vise la conception d’outils d’évaluation des compétences linguistiques requises de la part de potentiels enseignants formés à l’étranger, dans une langue autre que le français ou l’anglais.

Le rapport produit par le CMEC, financé par le Programme de reconnaissance des titres de compétences étrangers du gouvernement du Canada,  présente une revue rigoureuse de la littérature relative à la primauté de la langue dans l’enseignement et l’apprentissage ainsi qu’un cadre des niveaux de compétence linguistique pour la profession enseignante, et ce, dans les deux langues officielles canadiennes.

C’est ainsi que les quelque 110 pages du document dressent un portrait global de la situation et illustrent pourquoi les compétences linguistiques des enseignants s’avèrent si importantes. En ce qui a trait à l’enseignement du français, le rapport aborde les différents contextes de transmission des savoirs (français langue première et français en milieu minoritaire francophone) ainsi que les défis imputables à l’enseignement de cette langue. Par ailleurs, la langue utilisée en classe (types, formes linguistiques et modalités langagières) est précisée. De même, les divers rôles des enseignants sont catégorisés, de manière à comprendre, entre autres, les enjeux associés aux enseignants instructeurs, évaluateurs, gestionnaires et communicateurs. Le langage pédagogique de ceux-ci est également démystifié.

En fonction des observations de l’étude, quelques stratégies d’enseignement sont proposées et décrites. À titre d’exemple, le rapport démontre la pertinence de fixer des objectifs pédagogiques, d’utiliser des textes préliminaires, de planifier l’enseignement direct et réciproque, puis de favoriser la résolution de problème et les stratégies métacognitives.  L’art de mener des discussions efficaces en classe fait également l’objet d’une section du rapport.

Afin de consulter le rapport, visitez ce lien : Parlons d’excellence : Compétences linguistiques pour un enseignement efficace (PDF).

Laisser un commentaire