Médias sociaux et technologies en famille et à l’école : à la recherche d’équilibre

0

Dans le cadre du dernier Salon du livre de Montréal, une table ronde sur l’éducation et la famille au 21e siècle a réuni six auteures autour de la question des médias sociaux, à laquelle sont confrontées les familles modernes et qui ont de grandes répercussions sur l’école.

Après avoir mentionné quelques statistiques tirées d’un rapport du CEFRIO, l’animatrice de la table ronde, Julie Beaupré (collaboratrice occasionnelle d’Infobourg.com), a souligné à quel point les médias sociaux occupent le temps et les pensées de tous les membres de nos maisonnées. « C’est particulièrement remarquable chez les jeunes de la génération C, qui passent près d’une vingtaine d’heures par semaine à naviguer sur Internet et à utiliser les médias sociaux. Que penser de cette nouvelle réalité? », a-t-elle lancé aux cinq panélistes.

Un mot résume l’ensemble des interventions : équilibre! Mais ce bel objectif peut être difficile à atteindre. « Chez nous, nous avons fait un tableau sur lequel nous avons mis de petits bâtonnets représentant chacun une demi-heure de navigation. Les enfants ont droit à sept bâtonnets pour la semaine. Chacun doit donc gérer lui-même son utilisation. Jusqu’à présent, cette méthode est assez efficace », raconte Manon Lavoie, coach en créativité et maman des trois enfants.

Anne-Marie Quesnel
ajoute que ses enfants ont atteint un âge où c’est moins le temps d’utilisation que le contenu des sites dont il faut discuter, à commencer par Facebook. Nathalie Côté ajoute que, s’il faut être vigilant, il ne faut pas non plus diaboliser Internet. « Notre objectif est de les éduquer à la prudence, comme dans les autres aspects de leur vie. »

Isabelle Lajeunesse constate pour sa part que face à l’omniprésence des médias sociaux, l’idée d’aller jouer dehors est beaucoup moins attrayante pour les enfants. « Il faut s’adapter à cette nouvelle réalité, sans oublier que s’il est facile d’acheter la paix, nous devons nous assurer que nos jeunes développent d’autres intérêts que leur écran d’ordinateur. »

Manon Lavoie avoue qu’il peut être difficile d’être cohérent dans nos demandes. « Internet est un outil que j’utilise tous les jours, autant pour le travail que pour le loisir. Je sais à quel point il peut être difficile de résister à la tentation de vérifier constamment nos messages ou notre Facebook. Il peut donc être embêtant de demander aux jeunes une discipline qu’on n’a pas totalement soi-même… »

Du côté scolaire, Anne-Marie Quesnel, enseignante et auteure, constate que si les jeunes sont très habiles avec la technologie, il y a parfois des lacunes dans les apprentissages de base. « L’ordinateur est un outil formidable dans les classes. Toutefois, les connaissances de base sont un peu négligées. Les jeunes ont de la difficulté à écrire. Les outils informatiques devraient être un complément, mais un complément de quoi au juste? »

Pour Florence-Élyse Ouellet, la société est en transition et l’école doit suivre le pas. « Les médias sociaux sont bien implantés dans nos vies. Il faut apprendre à tirer profit de leur potentiel. »

Nathalie Côté mentionne à quel point les enseignants ont également besoin de formation dans les domaines de la technologie. « Une utilisation intelligente des nouveaux médias permet de rejoindre les enfants dans un univers qui leur est familier, mais plusieurs enseignants auraient besoin de formation pour les utiliser dans un contexte pédagogique. Plusieurs se sentent un peu dépassés par la technologie. »

En terminant, Manon Lavoie a ainsi résumé les propos entendus au cours de la table ronde. « Les médias sociaux constituent une fenêtre ouverte sur le monde et une main tendue vers les autres. Toutefois, il ne faut pas oublier à quel point le contact humain est essentiel, tant dans la classe qu’à la maison. Le défi pour les jeunes, comme pour tout le monde d’ailleurs, est d’apprendre à fermer le téléphone intelligent pour conserver du temps de qualité avec ses proches. »

 

NDLR : À découvrir : le livre Bijoux de famille, qui « dépeint le paysage moderne de la maternité et de la vie de famille à travers les récits savoureux de sept mères blogueuses. » De ces sept mères, 4 participaient à cette table ronde (Julie Beaupré, Nathalie Côté, Florence-Elyse Ouellet et Manon Lavoie), et 3 sont des collaboratrices d’Infobourg! Bravo pour votre projet, Julie, Nathalie et Anik!

Laisser un commentaire