Les cartes mentales… ou l’art de favoriser la réussite des élèves en se simplifiant la vie

2

Un dossier conjoint Infobourg.com – Carrefour Éducation
Le texte de ce dossier est disponible en format PDF.
Il est aussi disponible en format OpenOffice/LibreOffice.
Et en format ePub pour la lecture sur tablette ou téléphone.

Adepte de simplicité pédagogique? Saviez-vous que les cartes mentales constituent l’une des méthodes les plus efficaces et polyvalentes pour assurer la réussite des élèves? Grâce à cette technique d’une commodité désarmante, vos jeunes protégés gagneront en autonomie et prendront le plein contrôle de leurs apprentissages.

Alors que le concept de « carte mentale » émerge dans les discussions et les usages pédagogiques, il semble pourtant vieux comme le monde. En fait, il s’agit d’une réappropriation de méthodes de visualisation et de mémorisation qui remontent à l’Antiquité. Les orateurs romains et grecs s’en servaient, en outre, pour structurer et maîtriser leurs discours, comme le mentionne le site MindMapping.com, qui explique les bases de cette technique. Ce terme (mind mapping) peut se traduire ainsi : « cartographie mentale ». Pourquoi alors faire usage de cette terminologie anglaise? C’est qu’en fouillant sur Google, on a généralement plus de succès avec celle-ci, puisqu’elle s’avère fort populaire en France.

Mind mapping, carte mentale, cartographie… Les dénominations de cette stratégie pédagogique sont légion. D’ailleurs, certains pédagogues classent ces cartes sous deux angles. En consultant Wikipédia ou cet article de Christian Barette, conseiller et formateur Performa (Université de Sherbrooke), on peut mieux comprendre les différences entre ces deux types de cartes, bien que pour les élèves (et souvent, pour les adultes), cela puisse demeurer vague.

– La carte mentale ou heuristique :
Elle propose un contenu en arborescence, des diagrammes et/ou des liens sémantiques ou hiérarchiques entre les idées et concepts. On peut y déceler le cheminement de la pensée. Elle semble plus intuitive et souvent destinée à un usage personnel.

– La carte (ou schéma) conceptuelle :
La structuration des concepts apparaît souvent sous forme de schéma comportant des liens de types relationnels entre les concepts. Elle est reliée à la connaissance d’un concept et peut habituellement être comprise par un autre lecteur.

En fait, la distinction n’est pas évidente, et la ligne séparant ces deux genres, bien mince. Afin d’éviter de confondre les élèves (et les enseignants) dès le départ, vaut mieux s’en tenir à un terme unique. Dans le cadre de ce dossier exposant le b.a.-ba de cette méthode, c’est l’expression « carte mentale » qui sera retenue.

La première partie permettra de découvrir que la création des cartes mentales favorise un usage optimal du cerveau. Preuves à l’appui, le dossier mettra de l’avant divers témoignages et expériences vécues en classe, auprès des petits comme des grands. Outre la mise en évidence des nombreux avantages de cette technique, tant pour faciliter l’apprentissage que pour s’atteler à une variété de tâches, on illustrera également les bases de la conception d’une carte mentale, afin que vous puissiez à votre tour passer à l’action. En complément, on découvre plusieurs logiciels et applications en ligne utiles pour transférer ses cartes du papier à l’écran, et ce, tout à fait gratuitement.

Pratiques, les cartes mentales constituent un virage pédagogique fascinant! Êtes-vous prêt(e) à le relever?

Sommaire du dossier

Introduction
Cartes mentales : avantages et usages fréquents
Les cartes mentales en classe : des exemples
Cartes mentales : contenu et structure
Cartes mentales : du papier à l’écran
À vos marques… Prêts?  « Cartez »!

 

Commentaires