Le Petit Chaperon rouge, revu et corrigé par des élèves branchés!

1

Il était une fois une enseignante de 1ère année qui croyait résolument dans l’apport des TIC pour ses élèves. Elle lança un jour un appel à d’autres classes du monde, ce qui donna pour résultat un projet d’écriture collaborative hors du commun et permit de réécrire l’histoire du Petit Chaperon rouge.

« Cette idée est venue dès la sortie d’un Doodle du moteur de recherche Google, le 20 décembre dernier, pour commémorer le 200e anniversaire de la sortie des « Contes de l’enfance et du foyer » des frères Grimm, dont le célèbre conte du Petit Chaperon Rouge fait partie », lit-on sur le blogue de Brigitte Léonard, enseignante au 1er cycle du primaire dans la région des Laurentides.

Elle a lancé un avis de recherche dans son réseau Twitter afin de trouver 10 classes pour écrire le conte en collaboration. Elles ont été trouvées en quelques jours seulement et proviennent du Québec, du Nouveau-Brunswick, de la Grande-Bretagne, de la France et de la Belgique :

Brigitte Léonard, École Fleur-Soleil, 1ère année, Mont-Tremblant, QC.
Manon Richardson, 2e année, École Camille-Vautour, NB.
Anne Rode, CP, École Sainte Thècle, Chamalières, Puy de Dôme (France)
Marjorie Rancourt, 2e année, École Jean XXIII, Québec, QC.
Mélanie Houle, 2e année, Collège Saint-Bernard, Drummondville, QC.
Anne-Françoise Roper, CE2, École Hampton Court House, Surrey (Grande-Bretagne)
Audrey Martel, 1ère année, École Marie-Renouard, Beauport, QC.
Sandrine Charlier, 2e primaire, Athénée Royal Jean Rostand, Philippeville (Belgique)
Nadia Racine, 1ère année, École la Grande Hermine, Québec, QC.
Martine Larocque, préscolaire, Saint-Louis-de-Gonzague, Québec, QC.

« J’ai eu la chance de travailler avec 9 enseignantes formidables qui ont osé! C’est bon de faire le saut vers l’inconnu parfois », estime Mme Léonard. « C’est le travail en collaboration qui a fait toute la différence. »

Ainsi, du 28 janvier au 19 février, chaque classe devait composer une partie du texte selon un canevas proposé, puis enregistrer en format audio la lecture de ces vignettes. Dès le départ, on savait que l’histoire prendrait une tournure résolument moderne. Brigitte Léonard se souvient : « dès le départ, on y apprend que la petite fille communique avec son iPod Touch et envoie des tweets à sa grand-mère pour annoncer sa venue ».

À la fin du projet d’écriture et de lecture, l’enseignante a tout rassemblé et fait le montage final, rendu disponible sur YouTube. Elle est particulièrement fière du travail accompli : « J’ai entendu lire un de mes élèves pour la première fois grâce à ce projet, explique-t-elle. Un des nombreux petits miracles que peuvent apporter des projets intégrant les TIC! » Elle poursuit : « Cette expérience m’a d’ailleurs permis de constater tout le pouvoir de ce réseau social (NDLR : Twitter) qui est maintenant devenu ma première source d’informations en tant qu’enseignante. »

 

Voyez le conte final ici :

La mission d’Infobourg.com est de diffuser de telles réalisations du milieu! Contactez-nous (info@ecolebranchee.com) pour nous parler de vos bons coups!

1 COMMENTAIRE

  1. Félicitations, quelle belle idée pour allumer les élèves avec des projets stimulants! Wow, je compte bien utiliser cette histoire dans le but de montrer aux enseignants dans mon milieu à quel point tout est possible lorsqu’on prend le temps d’investir du temps…

Comments are closed.