Qu’est-ce qu’on tweete aujourd’hui ?

1

(Page précédente)

Brigitte Léonard, Annie Côté et Sylvain Bérubé utilisent le même outil, mais leurs projets pédagogiques sont différents. Non seulement ils ont créé des activités signifiantes à leur image, mais ils les ont adaptées à l’âge de leurs élèves.

Dans la classe de première année de Brigitte Léonard, il n’y a que deux ordinateurs branchés sur Internet. Les élèves travaillent donc en atelier. À 6 et 7 ans, ils sont en plein apprentissage de l’écriture et de la calligraphie. « Tout ce qui est écrit sur Twitter ou le blogue est préalablement écrit papier-crayon, explique-t-elle. J’insiste beaucoup. Nous avons un cahier d’écriture, c’est là qu’on écrit. »

L’enseignante profite aussi de la souplesse de Twitter pour envoyer des photos aux classes qui les suivent. « Des photos d’objets, de paysages, mais jamais d’élèves. Je me garde une petite gêne là-dessus », nuance-t-elle. Ainsi, elle croque sur le vif une suite logique pour questionner une autre classe ou encore la couverture d’un livre pour partager une bonne lecture. « C’est rendu naturel pour mes élèves, ajoute-t-elle. C’est tellement bien intégré dans la routine de classe qu’ils ont envie de communiquer avec les amis. » Utilise-t-elle Twitter uniquement pour développer leurs compétences en écriture ? Non. En projetant les messages reçus à l’aide de son tableau numérique interactif (TNI), cela enrichit les périodes de lecture.

Si Brigitte Léonard a utilisé Twitter toutes les semaines depuis la rentrée, il en est autrement dans les groupes de Sylvain Bérubé en troisième secondaire. Au cours des deux dernières années, il a animé quelques activités ponctuelles à l’aide de Twitter. Cette année, par exemple, lors d’une tempête d’idées, il a eu recours à Twitpic, une application qui permet d’envoyer des photographies via Twitter. « J’avais écrit une cinquantaine de mots sur mon TBO, mon tableau blanc ordinaire, explique-t-il en souriant. Les élèves ont photographié le tout pour travailler la suite du projet au laboratoire. »

Ses élèves, ceux d’Annie Côté et de Delphine Regnard ont également travaillé en collaboration dans le cadre de la Semaine internationale de la langue française et de la francophonie 2012. « Nous avons rédigé ensemble les consignes pour nos élèves. À l’aide de l’outil Meeting Words, ils ont écrit une histoire en 10 tweets à l’aide de 5 mots venant du Québec et 5 autres venant de la France, raconte-t-il. À la fin de la semaine, nous avons tweeté les meilleures histoires ».

L’an passé, il a aussi invité ses élèves à participer à un ClavEd, une discussion en ligne à laquelle les édutwitters participent le mercredi midi de chaque semaine. À cette occasion, les élèves avaient la chance de s’exprimer sur l’intégration des technologies à l’école. À la suite de son expérience, l’enseignant mentionne l’importance de la préparation. «  Quelques jours avant, mes élèves se sont inscrits sur Twitter. Ensemble, on a étudié l’outil. Toutefois, mes élèves ont peu participé, car ils ont eu de la difficulté à suivre la conversation ».

Les groupes d’Annie Côté ont vécu leur expérience Twitter d’une tout autre manière. L’enseignante de français en cinquième secondaire s’est contrainte à vivre son projet de devoirs seulement pour quelques semaines. « Il faut varier les moyens comme il faut varier les types de textes, sinon ce serait lassant à la longue », précise-t-elle.

Elle demande donc de travailler parfois sur de très petites unités de langue et parfois sur des textes de 500 mots. Pour elle, le thème a une grande incidence sur la motivation des élèves. « À mon point de vue, il faut qu’il soit ludique, ajoute-t-elle. Sur Twitter, mes élèves se sont franchement amusés. Le thème doit être assez large aussi pour leur permettre d’être créatifs. » Des exemples? Rendre un hommage à quelqu’un ou à quelque chose, rédiger un horoscope, un fait divers ou encore une fausse citation. Mme Côté se prête également au jeu pour rédiger ses consignes qui comptent, évidemment, 140 caractères.

Pour lire la suite

Laisser un commentaire