Un cercle de lecture branché

1

Utiliser la technologie pour motiver les enfants à prendre part à un cercle de lecture, voilà la stratégie adoptée par Lyne Clément, de l’école Hamelin en Estrie, pour sa classe regroupant des élèves de première et deuxième année. Une idée qu’elle a accepté de partager dans le cadre du 30e colloque de l’AQUOPS.

Tout d’abord, il faut savoir que Mme Clément fait partie du projet École éloignée en réseau. Elle travaille donc en équipe avec des enseignantes de deux autres écoles grâce à la technologie. Le cercle de lecture est donc composé de six élèves de trois classes différentes qui se rencontrent virtuellement chaque semaine.  Les enfants doivent tous lire un même livre dans la bibliothèque en ligne.

« Notre conseillère pédagogique a fouillé sur Internet et a déniché des livres virtuels libres de droits, indique Mme Clément. Pour les garçons, j’ai remarqué qu’ils étaient davantage intéressés par la lecture sur ce médium. Ils sont plus en action d’autant que ce sont souvent des livres interactifs où l’on peut appuyer pour entendre différents sons. Il y a aussi des livres, pour les enfants en difficultés d’apprentissage, que l’on peut écouter. Ensuite, on va leur demander de lire seulement une phrase au lieu de tout le livre. »

Au sein du cercle de lecture, chaque élève a un rôle à jouer. Par exemple, le « cinéaste » a pour mandat de dessiner un moment fort du texte. Le «maître des mots », quant à lui, doit expliquer un mot non familier qui se trouve dans l’histoire. « Étonnamment, c’est le rôle le plus difficile, celui d’animateur, qui est le plus populaire, constate Mme Clément. Ça demande une bonne maîtrise du texte, car c’est lui qui pose les questions aux autres élèves. Mais ils aiment gérer la discussion. Pour eux, c’est comme faire le prof. »

Le projet permet aux enfants de développer différentes stratégies de lecture et de travailler la communication orale. De plus, toute l’activité du cercle de lecture est enregistrée sur la plateforme Via, ce qui permet aux enseignantes de réécouter l’échange par la suite pour faire l’évaluation.

En juin dernier, Mme Clément et deux de ses collègues ont remporté le prix reconnaissance en lecture du ministère de l’Éducation pour ce projet.

À lire aussi :

L’inégalité des sexes en lecture numérique

Des écoles sans frontières… ou presque!

Plus de jeunes lisent par plaisir au Canada

Laisser un commentaire