Histoires collectives : découvrez 49 cocréations de jeunes francophones du pays !

1

(Communiqué) En date du vendredi 16 mars, un total de 49 histoires ont été complétées par des classes francophones du pays, clôturant ainsi le populaire concours Histoires collectives, nouvellement mis en place cette année par l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) et le Regroupement des éditeurs canadiens-français (RECF) dans le cadre de la Semaine nationale de la francophonie. On peut lire ces histoires au acelf.ca/snf/histoires-collectives.

Les groupes lauréats des deux grands prix sont les suivants :

  • Classe de 5e année de M. Franz Lefort, école André-Piolat, North Vancouver, Colombie-Britannique
  • Classe de 4e année de Mme Martine Larouche, école Sainte-Marie, Normandin, Québec

L’école André-Piolat recevra la visite de l’auteur Bryan Perro et, l’école Sainte-Marie, celle de l’auteure Diane Carmel Léger.

Une participation remarquable

Le concours, qui en était à sa première édition, s’est révélé un grand succès. De la première étape de rédaction à l’étape finale, l’ACELF aura reçu 210 participations de classes provenant d’écoles francophones de toutes les régions du pays. Débuté en décembre, le concours invitait les classes à compléter, en trois étapes différentes, l’une ou l’autre des 4 introductions rédigées par les auteurs Martine Noël-Maw (Ouest et territoires), Bryan Perro (Québec), Jean Fahmy (Ontario) et Diane Carmel Léger (Atlantique).

Devant l’intérêt qui a été manifesté pour cette activité interactive pancanadienne, l’ACELF compte réitérer l’expérience l’an prochain. L’association aimerait remercier particulièrement Radio-Canada, pour son grand appui dans la promotion du concours, ainsi que le Regroupement des éditeurs canadiens-français, qui a offert les ensembles de livres remis à titre de prix d’étape.

Les gagnants des 3 prix d’étape

Après chacune des étapes du concours, l’ACELF a fait tirer, parmi les participants, un ensemble de livres d’auteurs canadiens d’une valeur de 250 $. Voici les trois classes gagnantes des prix d’étape :

  • Prix d’étape 3 : classe de 7e et 8e années de Magaly Paquet, école Laurier, Laurier, Manitoba
  • Prix d’étape 2 : classe de 4e année de Mme Allison Hartman, école Sainte-Jeanne-d’Arc, London, Ontario
  • Prix d’étape 1 : classe de 5e année de M. Claude Vézina, école Fernand-Seguin, Montréal, Québec

Et les histoires sans fin ?

Puisque chaque étape de rédaction était ouverte à tous sans égard aux participations antérieures, un certain nombre d’histoires n’ont pas été complétées, c’est-à-dire qu’elles ont été développées soit jusqu’à l’étape 1, soit jusqu’à l’étape 2. Toutes ces histoires non complétées sont accessibles sur Internet. Ainsi, d’ici la fin de l’année scolaire, il sera possible pour les enseignants qui le désirent de les poursuivre avec leur classe et de donner ainsi un autre défi stimulant à leurs élèves. Les histoires qui seront poursuivies pourront être envoyées à l’adresse snf@acelf.ca et l’ACELF les publiera ensuite sur son site Internet !

Le concours Histoires collectives fait partie de la programmation de 20e Semaine nationale de la francophonie (SNF), laquelle se déroule dans le cadre des Rendez-vous de la Francophonie. Jusqu’au 25 mars, les écoles francophones du pays sont invitées à continuer de célébrer la SNF en participant aux autres concours de l’ACELF et en profitant de ses nombreuses ressources pédagogiques : acelf.ca/snf.

L’ACELF tient à remercier ses partenaires dans le cadre de ce concours : les Rendez-vous de la Francophonie, Radio-Canada, le Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes, la Fondation Dialogue, la Fédération canadienne pour l’alphabétisation en français, le Regroupement des éditeurs canadiens-français, Perro éditeur et l’ensemble des ministères de l’Éducation des provinces et territoires.

Par la réflexion et l’action de son réseau pancanadien, l’Association canadienne d’éducation de langue française exerce son leadership en éducation pour renforcer la vitalité des communautés francophones.

Laisser un commentaire