Technologies : les jeunes doivent développer leur esprit critique

6

De nombreuses écoles installent des filtres et adoptent des politiques interdisant ou limitant les appareils en réseau en classe. Ce serait une erreur selon une étude réalisée par le Réseau Éducation-Médias. Selon elle, ces mesures seraient un frein au développement du jugement des élèves  et à l’apprentissage de l’utilisation responsable.

« Cette étude démontre clairement que les jeunes Canadiens doivent apprendre la littératie numérique et la cybercitoyenneté à l’école et qu’il faut donner aux enseignants les outils, le soutien et une formation pour les aider à enseigner ces habiletés », mentionne Cathy Wing, codirectrice exécutive de l’organisme.

Le rapport note que même si les élèves sont très branchés avec leurs téléphones intelligents, ordinateurs et tous leurs appareils technos, cela n’en fait pas de meilleurs apprenants. « Nombre d’élèves n’ont pas les habiletés nécessaires pour utiliser ces outils efficacement à des fins d’apprentissage. De plus, les jeunes ont tendance à accepter aveuglément ce qu’ils trouvent en ligne », écrit-on.

Il indique également que souvent les enseignants montrent aux élèves à se servir de la technologie au lieu « d’accroître les occasions d’apprentissage grâce à l’utilisation des outils technologiques ». Ce n’est peut-être pas étranger au fait que les enseignants se buteraient au même problème quand ils souhaitent obtenir de la formation. Les auteurs notent que celle-ci se fait rare et qu’elle tend à se concentrer sur la façon d’utiliser un logiciel ou un appareil plutôt que sur la manière de mettre la technologie à profit pour soutenir et améliorer l’apprentissage.

Par ailleurs, on a souvent tendance à croire que les jeunes enseignants ont davantage de facilité à évoluer dans une classe branchée. C’est oublier à quel point les habiletés de gestion de classe sont essentielles pour utiliser efficacement la technologie avec les élèves, fait valoir le rapport. Les enseignants plus expérimentés seraient donc avantagés.

« Les écoles doivent se concentrer sur la pédagogie, offrir une formation et un soutien pour aider les enseignants à intégrer les technologies dans tous les aspects du programme d’études de manière à faciliter l’apprentissage individuel et à enseigner aux élèves comment collaborer avec d’autres apprenants, tant dans la communauté scolaire qu’en dehors de celle-ci », concluent les auteurs.

À lire aussi :

Des entreprises s’allient pour protéger les enfants

Philosophes en herbe

Exercer son jugement critique sur Internet

6 COMMENTAIRES

  1. C’est bien beau tout ça, mais concrètement, vous suggérez quoi ?
    Au Québec, tous les profs auront leur portable et leur TBI. Ils ont tous accès à un animateur RÉCIT qui est là pour les former en technopédagogie.
    N’est-ce pas suffisant ?
    Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire