Les outils

0

(section précédente)

Enseigner et réaliser des projets dans un environnement virtuel nécessite l’utilisation de différents outils en fonction des besoins spécifiques : diffusion de l’information, échange, lieux de travail et de communications virtuels, etc.

Sur le Net, les projets utilisant les différents médias sociaux se multiplient. Généralement gratuits et faciles à utiliser, ils sont souvent déjà connus des jeunes. Certains de ces nouveaux médias ont développé des outils destinés spécifiquement au monde de l’éducation. Ainsi, l’encyclopédie collaborative Wikipédia propose un wikilivre sur son utilisation en classe. Le site de partage de vidéo YouTube a également créé YouTube for school qui, comme son nom l’indique, est adapté aux établissements scolaires. Skype in the classroom souhaite quant à lui former un grand réseau d’enseignants. Les principales critiques quant à l’utilisation des médias sociaux en milieu scolaire touchent les nombreuses publicités qu’on y retrouve et les risques liés à la vie privée.

D’autres sites ont été créés spécifiquement pour les enseignants et les élèves. C’est notamment le cas de la plateforme québécoise Didacti, du réseau social français leminireseau.fr et le site l’Univers de Wilby.

Avant d’utiliser ces différents outils, il peut aussi être utile de considérer les différents aspects légaux et les risques au sujet du respect de la vie privée, du vol d’identité ou des droits d’auteur par exemple. La Chaire L.R. Wilson sur le droit des technologies de l’information et du commerce électronique a publié un guide très pertinent à ce sujet.

En circuit fermé

Si la tendance est aux médias sociaux, le projet d’école éloignée en réseau refuse de surfer sur cette vague. « On tient vraiment à préserver l’identité numérique des enfants. Nos élèves sont très jeunes, certains commencent au préscolaire. Et même ceux de sixième ne trouveront peut-être pas ça si agréable de se relire dans dix ans. Nous préférons que les élèves travaillent toujours dans un environnement fermé. On y tient et les enseignants et les parents aussi. Nous utilisons des outils qui répondent à nos besoins pédagogiques et non à la tendance », explique Christine Hamel, professeure à l’Université Laval et chercheuse dans le projet École éloignée en réseau.

Ainsi, deux principaux outils sont utilisés, soit la plateforme de visioconférence Via et le Knowledge Forum. « C’est un forum développé pour l’éducation qui fonctionne selon des principes socioconstructivistes. Les élèves coélaborent des idées et construisent leurs connaissances ensemble à partir de questions authentiques. Par exemple, comment vole un avion? Ils émettent des hypothèses et construisent leur compréhension de tout ça à l’écrit », précise Mme Hamel. On peut trouver des exemples d’activités réalisées sur Knowledge Forum ici. Quant à la visioconférence, elle permet une interaction visuelle entre les différentes classes et avec des invités.

Du côté de l’école virtuelle, la diffusion d’information est aussi limitée aux participants à un cours. Moodle, la plateforme utilisée, permet la création d’un blogue et d’un forum pour chaque cours. « Nous utilisons beaucoup l’approche wiki », souligne Mme Lalancette.

Pour communiquer, élèves et enseignants utilisent iChat (messagerie instantanée), Skype et First Class (courriel). « Pour se rejoindre pour un cours synchrone, ils utilisent la plateforme de vidéoconférence Elluminate », précise Mme Lalancette.

La plus récente nouveauté : l’envoi des corrections audio en format MP3! Le prochain projet consiste à intégrer le téléphone portable.

Quant aux médias sociaux, l’école a déjà tenté de mettre en place une page Facebook pour un cours et, à sa grande surprise, elle n’a pas vraiment attiré l’attention des élèves. « Il y a de la résistance du côté des jeunes », remarque Mme Lalancette.

Pour lire la suite

Article précédentConclusion
Article suivantIt’s a small world after all!
Nathalie est journaliste. Ses thèmes de prédilection sont la famille, l’éducation, la santé, la consommation, l’environnement et les phénomènes sociaux. Elle collabore notamment au journal La Presse.

Laisser un commentaire