Les hauts et les bas de la classe branchée

1

Un ordinateur portable par élève : une expérience ni rose ni noire pour 39 classes de 16 écoles françaises. Si les appareils comportent des avantages, ils apportent aussi leur lot de désagréments, selon une étude Acer-European Schoolnet réalisée l’année dernière et dévoilée cet automne.

On y apprend que 71 % des enseignants français ayant participé au projet estiment que les netbooks fournis ont motivé davantage les élèves vis-à-vis de l’apprentissage et de l’école en général, tandis que 50 % des jeunes partagent leur avis. Aussi, plus de 70 % des enseignants pensent que les appareils ont rendu le travail scolaire plus agréable, contre 60 % pour les jeunes. Moins de la moitié des profs et des élèves ont trouvé que l’ambiance s’était améliorée en classe. De plus, 53 % des enseignants disent avoir observé que les jeunes étaient plus autonomes dans leurs apprentissages.

Un portrait positif, mais il y a un revers à cette médaille. Selon l’étude, 78 % des enseignants jugent que la gestion de la classe était plus complexe avec les netbooks et 68 % considèrent que leur utilisation a augmenté leur charge de travail. D’ailleurs, les deux tiers se plaignent d’avoir manqué de temps pour préparer des activités spécifiques aux portables. De plus, quatre enseignants sur cinq disent avoir rencontré des problèmes techniques de toutes sortes et 92 % ont mentionné que certains appareils étaient devenus inutilisables, car ils étaient endommagés ou éprouvaient des défaillances techniques.

Du côté des élèves, 30 % ont indiqué qu’ils avaient eu mal au dos en raison du poids de leur ordinateur (94 % l’apportaient à la maison) et le quart ont signalé que leurs yeux leur faisaient mal quand ils regardaient l’écran trop longtemps. Par ailleurs, la plupart des enfants disent qu’ils avaient peur de l’endommager (20 % des appareils l’ont été!) et la moitié craignaient qu’il soit perdu ou volé.

Finalement, les deux tiers des enseignants ont indiqué qu’ils recommanderaient à leurs collègues d’utiliser des netbooks en classe.

Au cours du projet, les ordinateurs portables ont été utilisés dans 23 matières différentes. Les outils les plus populaires étaient les portails éducatifs scolaires, les plateformes d’apprentissage, les blogues, les réseaux sociaux, les wikis et les signets. Les élèves ont utilisé leur appareil presque deux fois plus en dehors de l’école qu’en classe. Et pour quelle raison l’ont-ils utilisé le plus à la maison? 57 % pour étudier, 26 % pour aller sur les réseaux sociaux et 17 % pour jouer et se divertir.

À lire aussi :

Les manuels numériques gagnent en popularité

Les Français veulent plus de technologies à l’école

Corée du Sud : bientôt des écoles sans papiers