Pour que les technologies fassent une différence en éthique et culture religieuse

1

Une émission de radio sur les symboles culturels? Un avatar imaginé par l’élève? Des audioguides culturels pour tout le Québec? Pourquoi pas!

Voici quelques-unes des activités suggérées par Benoit Petit et Joël Bouthillette, conseillers pédagogiques pour le service national du RECIT pour le développement de la personne, lors du 24e congrès de l’Association québécoise des enseignantes et enseignants du primaire qui s’est tenu à Québec en décembre.

Les technologies pour aider à l’apprentissage

S’il est difficile parfois de trouver des projets novateurs et multidisciplinaires pour intéresser les élèves au cours d’éthique et de culture religieuse, les conférenciers croient avoir trouvé une partie de la solution grâce à la technologie. Pour eux, une chose est claire : les technologies doivent faire une différence dans les apprentissages.

Les conférenciers donnent l’exemple d’un enfant ayant des difficultés en écriture. Si ses difficultés l’empêchent de déployer l’énergie nécessaire pour réfléchir à la tâche, il vaut lui demander de donner sa réponse à l’oral. Ainsi la capture vidéo peut être un bon moyen pour les enfants de donner une réponse oralement et de garder un souvenir de leur travail. Pour les conseillers pédagogiques, il faut toujours ramener les technologies de l’information et de la communication à leurs fonctions pour l’apprentissage.

L’identité numérique

L’intimidation et le rôle des médias sociaux a refait surface de manière tragique dans l’actualité. Pourquoi ne pas en profiter pour demander aux jeunes de réfléchir sur leur identité numérique? Le cours d’éthique et de culture religieuse offre un cadre idéal pour cette réflexion éthique.

Benoit Petit a donc invité les participants de l’atelier à créer eux-mêmes leur propre avatar sur le logiciel de retouche de photo Pixlr, accessible sur internet. Comme leurs élèves, les enseignants souhaitent souvent maîtriser un logiciel dès sa première utilisation. Si certains enseignants ont trouvé le logiciel difficile à utiliser, ils ont cependant reconnu que le projet était une belle façon d’amener la discussion sur l’identité numérique : est-ce que les autres me reconnaissent dans cet avatar? Qu’est-ce que cet avatar dit de moi?

Culture à l’écoute

Benoit Petit a choisi le projet Culture à l’écoute pour expliquer aux enseignants présents l’importance de choisir des technologies significatives pour le projet. Par exemple, il est inutile de produire des capsules en baladodiffusion si personne ne les télécharge pour les écouter. Il vaut mieux alors seulement créer des fichiers audio.

Or, le service national du RECIT en développement de la personne a mis sur pied le projet Culture à l’écoute dont l’objectif est de créer des audioguides touristiques pour tout le Québec. Chaque lieu visé par le projet serait identifié par un code QR qui permettrait aux visiteurs de télécharger l’audioguide à partir de son téléphone intelligent. La baladodiffusion trouve ici toute son utilité.

Comme ce projet est organisé à l’échelle nationale, voilà une belle façon de motiver les élèves et de hausser les exigences de qualité du français ou de recherche historique, par exemple. Le projet permet donc d’évaluer des compétences dans différentes disciplines à la fois.

Toutes les informations sur les projets présentés en atelier se trouvent sur ce site.

À lire aussi :

La réflexion éthique autour des TIC

Droit d’auteur et Internet : l’éthique en classe

La baladodiffusion pour améliorer ses compétences en lecture