Apprendre avec des flatulences et des robots éducatifs

0

Diriger des robots afin de détruire une machine ou faire avancer une baleine unicellulaire grâce à ses flatulences, voilà des jeux qui attireront certainement l’attention des adolescents. Mais contrairement aux apparences, ces jeux sont éducatifs! « Conçu pour les élèves du secondaire, mais assez fort pour les profs », a-t-on fait valoir, hier, lors du lancement des jeux Mécanika et SpatioPet, à l’UQAM.

Mécanika

En plus d’enseigner les notions de sciences mécaniques de manière ludique, le jeu Mécanika permet aux adolescents de mieux retenir les différentes notions qu’avec l’enseignement traditionnel. En effet, trois chercheurs du Laboratoire mobile pour l’étude des cheminements d’apprentissage en science (LabMécas) ont testé le jeu auprès de trois groupes d’élèves. Les premiers jouaient sous la supervision de leur enseignant, les seconds jouaient seuls à la maison dans le cadre d’un devoir et les derniers n’ont reçu que l’enseignement de leur professeur. « Nous nous sommes aperçus que même sans la supervision d’un professeur, en jouant à Mécanika, les jeunes ont appris plus rapidement les concepts de physique mécanique, et ce, de manière plus autonome. La recherche démontre également que les élèves ont mieux retenu ces concepts, même un mois après avoir reçu la théorie et joué au jeu. Ils ont aussi eu plus de plaisir à apprendre », mentionnent les chercheurs dans une entrevue au journal L’UQAM.

Finaliste dans la catégorie « meilleure production originale interactive jeunesse » lors des prix Numix, Mécanika permet d’explorer les différentes lois de Newton. Pendant le jeu, il n’y a pas d’équations à apprendre ni de tableaux théoriques. Les jeunes doivent détruire une machine déviante dont les circuits sont déréglés à l’aide de robots. L’objectif est de faire réfléchir les ados et de développer chez eux  un sens intuitif de la mécanique. Le jeu est parsemé de pièges et l’élève ne peut passer au niveau suivant s’il n’a pas compris ses erreurs.

SpatioPet

De son côté, SpatioPet est une application où les jeunes doivent réaliser des plans de vol pour une baleine unicellulaire télécommandée de l’espace. Celle-ci doit atteindre son objectif en se déplaçant grâce à des flatulences programmées par le joueur. « L’application constitue un formidable “terrain de jeu” permettant de faciliter la compréhension qualitative du mouvement tout en facilitant l’établissement de liens avec certaines des équations qui le décrivent », explique-t-on sur le site.

Les enseignants intéressés à découvrir d’autres jeux scientifiques pour petits et grands peuvent consulter le site de Science en jeu.

À lire aussi :

Les jeux en classe, c’est du sérieux!

Des appareils mobiles pour un jeu éducatif grandeur nature

Yannick Bergeron: un prof complètement fou… des sciences!

Laisser un commentaire