Synap.TIC : parce que deux têtes valent mieux qu’une

0

Les résultats de nombreuses études en éducation demeurent sous-utilisés par les différents intervenants dans le domaine. Pour pallier cette situation, Frédéric Dufour, un étudiant à la maîtrise en formation à distance, a conçu Synap.TIC, un projet fort prometteur de transfert de connaissances.

Grâce à ce projet, enseignants, directeurs, chercheurs, gestionnaires, psychoéducateurs, conseillers pédagogiques et autres intervenants auront accès plus facilement aux connaissances issues de la recherche. Il leur suffira de rédiger leurs questions après être devenus membres gratuitement sur le wiki (un site collaboratif où chacun peut participer à la rédaction du contenu).

« Synap.TIC se veut donc un pont entre les chercheurs et les praticiens du milieu de l’éducation, dont l’objectif est d’apporter des solutions pratiques qui pourront être appliquées dans la vie de tous les jours. Dans le cas où une question n’ait pas trouvé de réponse satisfaisante, le CTREQ agira à titre de courtier de connaissances et se chargera de transmettre les questions à des spécialistes qui pourront par la suite donner leurs contributions », explique M. Dufour sur son blogue.

« Tous les sujets qui touchent directement les besoins des acteurs de l’éducation pourront être abordés sur Synap.TIC. Les questions seront idéalement classées sous un ou plusieurs thèmes », ajoute Véronique D’Amours, du Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec (CTREQ). Si le projet est d’abord et avant tout destiné à la communauté éducative, son contenu sera néanmoins accessible au grand public.

Déjà, le projet attire l’attention sur le Web. « Ce projet novateur tire sa force d’un noyau dur qu’est la communauté éducative déjà très active sur les réseaux sociaux (ClavEd et ÉduTwitters). D’ailleurs, Synap.TIC a été l’objet du ClavEd hier, une rencontre hebdomadaire internationale sur Twitter », note Mme D’Amours.

Une douzaine de participants issus de différents milieux expérimenteront le prototype à partir du 19 septembre pour une durée de quatre semaines. Il sera lancé pour un plus large public dans les prochains mois. « Pour le moment, nous ne sommes pas en mesure de donner une date de lancement du projet. Celle-ci dépend de plusieurs facteurs hors de notre contrôle. Chose certaine, toutes les personnes intéressées à contribuer à Synap.TIC pourront le faire plus tard cet automne », précise Mme D’Amours.

En décembre, un rapport préliminaire de l’expérimentation sera publié sur le Réseau d’information pour la réussite éducative (RIRE). Par la suite, le CTREQ l’utilisera à plus grande échelle dans le cadre de ses activités de veille et de transfert.

Laisser un commentaire