L’influence de la famille sur la réussite scolaire

0

On se pose souvent des questions sur le rôle éducatif des enseignants dans la réussite scolaire des élèves. Mais qu’en est-il des parents? Y seraient-ils aussi pour quelque chose? Certainement! Et ils joueraient même un rôle très important, voire plus que l’école aux dires de certains.

Il apparaît que les élèves dont les parents sont présents, qui s’intéressent à leurs études et devoirs, qui discutent souvent avec leur enseignant, qui reconnaissent l’importance des études et de la persévérance scolaire sont plus susceptibles de réussir et de poursuivre leurs études.

Pour Marie McAndrew, professeure à l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’éducation et les rapports ethniques, la réussite scolaire est plus grande « si l’éducation est importante au sein de la famille, si les parents sont éduqués ou ont immigré pour que leurs enfants aient la chance de l’être ».

Dans le dossier Les effets de l’éducation familiale sur la réussite scolaire, on lit que l’un des principaux facteurs qui façonnent la trajectoire scolaire est le style éducatif de la famille; il est cependant difficile de déterminer lequel est le plus favorable à la réussite scolaire. Le parcours scolaire des parents, les pratiques culturelles et pédagogiques, leur statut économique, leurs attentes et projets ainsi que leur accompagnement scolaire influenceront également la motivation des jeunes.

Le rapport Comment apprend-on ? La recherche au service de la pratique explique que la famille joue un rôle décisif, voire plus important que l’école dans la formation des attentes éducatives et des aspirations professionnelles et dans la réussite scolaire des jeunes. Les activités extrascolaires et l’implication parentale dans la scolarité ont des résultats positifs, mais elles sont particulièrement bénéfiques lorsqu’elles sont en cohérence avec les objectifs et les activités de l’école.

Les enfants immigrants réussissent tout aussi bien

Au Québec, les résultats scolaires des élèves immigrants sont comparables à ceux des élèves québécois « de souche ». Les notes obtenues par les enfants de familles allophones et celles des enfants francophones ont un écart minime. « Si l’éducation est importante au sein de la famille, si les parents sont éduqués ou ont immigré pour que leurs enfants aient la chance de l’être, les résultats scolaires risquent d’être meilleurs, explique Mme McAndrew. »

Ainsi, à l’école de la Mosaïque, située dans un quartier défavorisé de Côte-Saint-Luc à Montréal, « pour une grande majorité de nos familles, l’école prend une place très importante», souligne la directrice. Il arrive souvent que les parents se présentent à l’école accompagnés d’un interprète pour s’assurer d’avoir bien compris l’enseignant. La réussite scolaire de leur enfant est importante pour eux.

Références :

S’inspirer des immigrants pour diminuer le décrochage scolaire?
Langues différentes, résultats semblables

Quatre valises et beaucoup de volonté

Laisser un commentaire