Les cours après la classe influencent-ils la performance scolaire des élèves?

1

En avril 2011, PISA publiait un rapport, à la suite d’une enquête effectuée en 2006, visant à vérifier si le temps d’apprentissage supplémentaire a une influence sur les performances scolaires des élèves. Voici les principaux constats ressortis de l’étude.

Afin d’améliorer leurs performances scolaires – notamment pour être sélectionnés dans certaines universités ou décrocher de bons emplois –, les élèves du secondaire suivent parfois des cours après la classe, au lieu de consacrer ce temps à des loisirs. Plusieurs élèves passeraient, en moyenne, plus de deux heures et demie par semaine en cours supplémentaire, et d’autres, même plus de quatre heures et demie.

PISA a voulu vérifier si ce temps d’apprentissage supplémentaire a réellement une influence sur les performances scolaires. Une enquête a été menée en 2006 auprès de milliers de jeunes âgés de 15 ans, dans les pays membres de l’OCDE et dans de nombreux pays partenaires.

La qualité du temps d’apprentissage fait la différence

Dans les pays où les élèves obtiennent de bons résultats, ils passeraient moins de temps à suivre des cours supplémentaires après la classe, mais passeraient plus de temps en classe que les élèves des pays qui obtiennent de moins bons résultats. La performance scolaire serait accrue non pas grâce au temps d’apprentissage supplémentaire, mais au temps d’apprentissage passé en classe. Dans certains pays très performants, plus de 70 % de l’apprentissage de certaines matières (sciences, mathématiques, langue) se déroule en classe.

Mais le temps passé à apprendre ne peut expliquer à lui seul pourquoi les élèves de ces pays sont très performants. Ces élèves passent moins de temps à apprendre que la moyenne des pays de l’OCDE. La qualité des cours, et non la quantité d’heures d’apprentissage, exercerait l’impact le plus signifiant sur la performance scolaire des élèves.

Certains cours supplémentaires favorisent plus la performance que d’autres

Les cours supplémentaires après la classe prennent plusieurs formes : dispensés par l’enseignant, par un autre enseignant de l’établissement, par un enseignant d’un autre établissement, sous forme de cours de « rattrapage » ou de perfectionnement, etc.

La participation à ces cours influence les inégalités entre les élèves de différents groupes socio-économiques de façon différente d’un pays à l’autre. Ainsi, dans certains pays, suivre des cours supplémentaires dispensés par un enseignant de l’établissement réduirait l’impact du milieu socio-économique des élèves sur leur performance scolaire. Les élèves défavorisés seraient plus susceptibles d’y participer et de progresser que ceux qui ne participent pas à ce type de cours.

Et dans certains autres pays (parfois les mêmes), les cours supplémentaires dispensés par un enseignant d’un autre établissement renforceraient l’impact du milieu socio-économique sur la performance. Les élèves issus d’un milieu favorisé seraient plus susceptibles d’y participer et d’obtenir de meilleurs résultats que ceux qui ne participent à aucun cours supplémentaire.

Les élèves doivent d’abord être convaincus de l’importance de leur apprentissage

Les attitudes des élèves envers leur apprentissage aurait une influence sur leurs résultats scolaires. Lorsqu’ils sont convaincus de l’importance d’avoir de bons résultats dans une matière, le temps passé en classe exerce un impact plus grand sur leurs performances scolaires. Ceux qui n’en sont pas convaincus auraient de meilleurs résultats scolaires si le temps de cours régulier était augmenté d’une heure.

En conclusion, la qualité de l’apprentissage dans le cadre scolaire et les attitudes des élèves à l’égard de l’apprentissage comptent le plus, et non le nombre d’heures passées à étudier.

Source : Faut-il investir dans les cours de soutien après la classe?

Laisser un commentaire