Les jeux en classe, c’est du sérieux!

6

Un dossier conjoint de l’Infobourg et de Carrefour éducation

Du jeu aux jeux sérieux : Introduction

Depuis toujours, les enfants apprennent par le jeu. À l’extérieur, les apprentissages se font spontanément à l’aide d’un ballon ou d’une simple branche. Les jeux imaginaires leur permettent d’expérimenter différents rôles et d’enrichir leur conception du monde. Bien que leurs réflexions n’aient pas été adoptées par la majorité, certains pédagogues, comme Maria Montessori, ont fait du jeu un élément important de leurs principes éducatifs.

Puis, il y eut l’avènement des jeux vidéo. Certes, on les accuse de provoquer l’inactivité physique, les comportements violents, l’isolement social et la dépendance et aussi d’entretenir les stéréotypes sexuels et raciaux. Depuis les premières consoles Atari ou Nintendo, les jeunes se passionnent pour les jeux de console. Même si Pac-Man, Mario Bros et Donkey Kong n’ont pas révolutionné le monde de l’éducation, ils ont permis à bon nombre de jeunes de se regrouper et de jouer dans le plaisir.

Pourtant, ce n’est que depuis les années 2000 que les pédagogues voient la pertinence de fusionner plaisir, apprentissage et jeux vidéo. Ainsi, les jeux sérieux ont aujourd’hui la cote dans les milieux éducatifs et ils sont de plus en plus utilisés à des fins d’apprentissage.

Pour lire la suite :

Les jeux sérieux, qu’est-ce que c’est?

Au Québec, prend-on les jeux au sérieux?

Est-ce plus drôle ailleurs?

Le plaisir d’apprendre, mais encore?

Pourquoi les jeux sérieux ne sont-ils pas plus répandus?

Trouver des jeux sérieux, un jeu d’enfant!

Jouons : conclusion et avenir

Consultez le dossier complet (avec références bibliographiques) – PDF