De nouvelles façons de partager son expertise technopédagogique

1

Pour les enseignants, partager ses connaissances technopédagogiques peut être très enrichissant. Il existe de plus en plus de nouveaux espaces, virtuels et physiques, pour échanger avec ses confrères! En voici quelques-uns.

En 2011, l’enseignement devient de plus en plus collaboratif. On souhaite partager son expertise pour différentes raisons, que ce soit pour innover, partager des idées, essayer de nouveaux projets ou nouvelles pratiques, poser des questions, se créer un réseau professionnel, etc.

« Voir ou lire ce qui se passe ailleurs me semble toujours enrichissant. Cela permet de situer l’ampleur de l’innovation que nous tentons de soutenir à l’école. L’enseignant a moins le sentiment de travailler seul et trouve réponse aux questionnements qui jalonnent sa pratique, explique Pierre Poulin, enseignant au primaire et doctorant en psychopédagogie. »

La technologie facilite les échanges

La technologie s’avère un bon apport pour faciliter les échanges entre professionnels de l’éducation. Les réseaux sociaux, comme Twitter, Facebook et Ning, permettent par exemple d’échanger, d’avoir des nouvelles de collègues, de ce qu’ils font ou encore de suivre ce qui se dit sur un évènement auquel on ne peut participer. En effet, plusieurs évènements fournissent un marqueur Twitter, afin de faire partie du groupe de discussion associé à l’évènement.

Le site Zoom sur l’expertise pédagogique, sous la direction de Robert David de l’Université de Montréal, est un autre moyen d’amener une réflexion sur sa pratique pédagogique. Fondé sur le principe de pratique réflexive par vidéo (cercle pédagogique), le site contient des centaines de vidéos de pratiques innovantes. Les rencontres sont informelles, mais régulières. Elles regroupent entre 8 et 10 enseignants à la fois. L’analyse peut se faire en regardant des vidéos neutres, ou encore filmées dans la classe d’un des participants. C’est gratuit!

Des évènements non traditionnels

Outre les colloques, congrès et journées pédagogiques qui s’intéressent à la technopédagogie, d’autres évènements, non traditionnels et moins connus, facilitent également les rencontres entre professionnels :

SITE (anglais) : Conférence annuelle de la Society for Information Technology and Teacher Education (SITE). Plus de 1 500 présentations autour de 25 grands thèmes s’adressent surtout aux chercheurs et professeurs des facultés d’éducation.

ISTE 2011 (anglais) Conférence annuelle qui offre aux enseignants de tous les niveaux plus de 700 ateliers de type formel et laboratoire, des discussions informelles autour de sujets sélectionnés, des espaces pour essayer de nouvelles ressources, etc. La prochaine conférence ISTE (International Society for Technology in Education) aura lieu à Philadelphie, du 26 au 29 juin. Visitez aussi leur blogue!

edcamp Cette formule (appelée souvent « non-conférence ») invite les participants à être eux-mêmes les conférenciers. À leur arrivée, tous peuvent inscrire un sujet ; les sujets retenus seront ceux qui auront récolté le plus de votes.  Conférences très participatives et informelles, elles favorisent les échanges. Le premier edcamp au Québec (et en français) se tiendra à l’école Wilfrid-Bastien à Saint-Léonard, le 1er novembre prochain. Pour suivre l’évènement sur Twitter, utiliser le marqueur @edcampmtl.

TEDx Les conférences annuelles TED, où l’on invite des penseurs afin qu’ils exposent en 18 minutes leurs idées innovatrices, ont donné naissance à de petites conférences « TEDx » plus locales et informelles. Une première conférence en français au Canada, TEDxUdeS, aura lieu le 10 septembre 2011 à l’Université de Sherbrooke. L’école Wilfrid-Bastien sera aussi l’hôte d’un TEDx en février 2012 (pour suivre l’évènement sur Twitter, utiliser le marqueur @TEDWilfridBastien).

En somme, peu importe la formule que l’on choisira, l’important est de trouver celle qui nous convient le mieux et de faire confiance à son instinct pédagogique.

Référence :
Raccrocher à l’éducation : innover comme peu d’enseignant(e)s ont osé auparavant (sur le site de l’Association canadienne d’éducation)

Comments are closed.