Éduquons nos jeunes à une utilisation responsable des TIC

0

Doit-on bloquer l’accès des jeunes à Internet? Ou plutôt les éduquer à bien utiliser Internet… C’était le sujet de l’atelier donné par Éric Caron, conseiller régional RÉCIT, lors du 29e colloque de l’AQUOPS. Les participants ont pu échanger sur cette question et avoir un aperçu des programmes existants.

Aujourd’hui, les jeunes utilisent Internet tous les jours. Leur bloquer l’accès serait contraire même aux bases d’Internet, d’autant plus qu’ils y accéderaient d’une autre façon. Internet est un incontournable, notamment pour tous les avantages qu’il amène : communication, recherche d’informations, etc.

Mais, comme toute chose, ses avantages amènent aussi des inconvénients. « Internet est un outil, et comme n’importe quel autre outil, il faut de la formation pour l’utiliser. Permettriez-vous à vos jeunes d’utiliser une scie circulaire sans formation ni équipement? C’est la même chose avec les technologies, exprimer M. Caron. »

Sensibiliser les jeunes : oui, mais à quoi exactement?

Il faut d’abord les sensibiliser à l’identité numérique. Ce que les élèves écrivent sur Internet, sur les blogues par exemple, laisse des traces durant toute leur vie. « Ils doivent se demander, lorsqu’ils diffusent des images sur Internet, s’ils seraient prêts à les afficher dans un magasin, souligne M. Caron. »

Aux États-Unis, il est courant que des employeurs aient recours aux services d’enquêteurs, qui ont facilement accès aux profils Facebook des gens, et ce, même si ce média est dit sécurisé (lire l’article La moitié des employeurs américains scrutent Facebook et cie).

Il n’y a pas d’anonymat sur Internet : tout ce qui est écrit ou publié sur Internet n’est pas anonyme. Les policiers peuvent par exemple retrouver un internaute en quelques minutes.

La cybercriminalité, l’intimidation, la fraude sont d’autres crimes, les jeunes doivent connaître leurs dangers.

Sensibiliser les jeunes : oui, mais comment?

Le premier conseil de M. Caron : ne pas avoir peur de sensibiliser les jeunes aux dangers d’Internet.

Faire un contrat avec son enfant : M. Caron a eu l’idée de faire un contrat avec son enfant, où il lui imposait ses restrictions : interdire l’ordinateur dans la chambre, limiter l’utilisation de la webcam, lui donner accès à sa boîte de courriels, l’ajouter comme « ami » sur Facebook, interdire la publication de photos personnelles sur son profil, etc.

Proposer aux élèves un atelier sur la sécurité Internet : Les enseignants peuvent faire venir un conseiller Récit et un policier communautaire dans la classe.

Le programme Vous NET pas seul est offert par le Service de police de la Ville de Lévis. Il comporte deux volets : informer les adolescents des dangers d’Internet, et donner des conseils de sécurité et de surveillance aux parents.

M. Caron ajoute qu’il est « très important de faire un suivi en classe après un atelier, car autrement, les élèves oublient. On peut par exemple leur faire créer des capsules éducatives sur la sécurité Internet. »

Leur montrer des exemples : Leur faire comprendre que ce qu’ils écrivent peut avoir de graves conséquences. Par exemple, s’ils écrivent « Je pars en vacances », leur famille pourrait se faire voler.

Une enseignante explique ce qu’elle a fait pour sensibiliser ses élèves. Après avoir eu leur accord, elle est allée voir quelques-uns de leurs profils Facebook, afin que la classe analyse si, par exemple, il y avait trop d’information sur eux.

Des sites Web à consulter :

Il existe de nombreux sites de prévention destinés à sensibiliser les jeunes à une utilisation responsable des technologies. En voici quelques-uns :

Guide des droits sur Internet : Site d’information afin d’apprivoiser Internet en toute confiance. Pour tout savoir sur les notions juridiques d’Internet (Protection de la vie privée, Harcèlement et menaces, responsabilité, etc.

Cyberaide.ca : Ce site vise à sensibiliser la population au problème de l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet, par la création de diverses campagnes, dont Respecte-toi, Éducation textuelles.ca, Sécurité et mobilité, La maltraitance sexuelle des enfants.

Web Averti : Programme d’information sur la sécurité de la navigation sur Internet. On y aborde entre autres les risques et préjudices sexuels, la cyberintimidation, la vie privée, la pornographie, l’utilisation excessive d’Internet.

Décode le Web : Site ludique et sérieux qui aborde la sécurité sur Internet. On y trouve plusieurs exemples traitant par exemple du vol d’identité, du harcèlement moral ou sexuel, etc.

Pour plus d’information sur l’éducation responsable aux technologies, consultez aussi la section Sécurité sur le Net du site du Service régional du RÉCIT FGA.

Malgré ces pistes de solution, il reste tout de même beaucoup de questions auxquelles il faut réfléchir. Par exemple, un enseignant devrait-il être ami Facebook avec ses élèves ou leurs parents? L’école devrait-elle se doter d’un compte Facebook?

Laisser un commentaire