Internet dans la vie des jeunes

0

(article précédent)

Quelle importance a Internet?

Internet occupe une place importante dans la vie des jeunes. Depuis 10 ans, la consommation d’Internet augmente régulièrement, au point que ce média est maintenant plus important que la télévision.

Selon les études, les jeunes naviguent jusqu’à 16 heures par semaine. Si l’on considère l’habitude de consommer plusieurs médias à la fois (écouter de la musique en naviguant sur le Web ou en clavardant), les jeunes d’aujourd’hui s’exposeraient à 7 heures de médias par jour! Ils raffolent, entre autres, des réseaux sociaux. Internet est devenu un lieu où ils se rencontrent, discutent, échangent, partagent… La plus forte consommation de médias serait chez les jeunes de 11-14 ans, alors qu’ils amorcent leur adolescence et construisent leur identité à la fois personnelle, sociale et professionnelle.

Récemment, l’apparition des appareils mobiles a contribué à l’augmentation de l’accès des jeunes à Internet. Ces appareils seraient partiellement responsables d’une véritable explosion sur le plan de la consommation médiatique. Ainsi, si les jeunes écoutent de plus en plus d’émissions de télé, ils ne le font pas devant le téléviseur, mais plutôt sur Internet (via un ordinateur ou un appareil mobile). Il en est de même pour la musique et pour les livres et les revues.

Du point de vue scolaire, Internet est, sans conteste, la principale source d’information des jeunes pour la réalisation de leurs travaux scolaires. Pourtant, il apparaît qu’ils  utilisent beaucoup plus Internet à la maison qu’à l’école. Les jeunes se disent intéressés d’apprendre à mieux chercher et évaluer l’information trouvée en ligne. Par contre, ils mettent en doute les compétences de la majorité de leurs enseignants dans ce domaine.

Internet, une grande bibliothèque?

Dans une bibliothèque traditionnelle, des responsables choisissent d’acheter et de classer les livres selon le genre littéraire, le sujet ou le public ciblé. Sur les rayons, se trouvent également des DVD, des bandes vidéo, des microfiches ou des bandes audio toutes sélectionnées en fonction de la visée de la bibliothèque. Ces médias sont alors classés ou organisés selon une logique, ce qui en augmente l’accessibilité pour les utilisateurs et en facilite la gestion.

Le lecteur qui prend un livre dans ses mains trouve rapidement certaines informations concernant son auteur, son éditeur, sa date de parution et sa réédition… Toutes ces informations rendent le livre moins anonyme et facilitent la vérification de sa crédibilité.

Dans une bibliothèque, les ouvrages et ressources les plus polémiques ou dont le contenu est dangereux ou moins acceptable socialement ou politiquement peuvent même être retirés ou être classés dans un espace où l’accès est contrôlé ou supervisé. Les bibliothécaires vont aussi s’assurer que les volumes sont bien rangés et disponibles là où ils le devraient. Le matériel désuet sera placé à côté des ressources plus récentes pour en faciliter la comparaison. Il pourra aussi être retiré des tablettes et archivé ou classé dans une section spéciale. En bref, une bibliothèque fait l’objet d’un certain contrôle et est organisée selon des règles définies pour chaque établissement.

Internet, une immense pagaille?

Sur Internet, la situation est fort différente. Même si certains pays tentent de contrôler Internet, l’ensemble de son contenu n’est supervisé par personne. Les lois qui régissent la vie quotidienne et qui empêchent, par exemple, de professer des menaces ou d’usurper l’identité de quelqu’un existent, mais sont souvent difficiles à mettre en application. Il n’y a pas de règle qui permette ou interdise à quelqu’un de publier sur Internet. Il n’existe pas de répertoires complets où les sites sont enregistrés et classés par catégories ou en fonction de l’âge de l’utilisateur. Pour s’y retrouver, les utilisateurs d’Internet doivent faire appel à des outils de recherche contrôlés par des tiers qui ont leurs propres objectifs. Cet objectif est souvent de faire des profits!

Pour certains contenus disponibles sur Internet, il arrive que les auteurs ne soient pas identifiés, ni qu’aucune institution ou entreprise ne soit responsable du site. Rien n’oblige  le responsable d’un site Web d’indiquer quand il l’a mis en ligne et s’il a fait des mises à jour fréquentes ou récentes. Sur le Web, un auteur pourrait facilement mentir à propos de son identité, de ses expériences, de son contenu ou de ses objectifs.

Internet n’a donc rien d’une vaste bibliothèque virtuelle et une page Web n’est pas un livre. Avec l’arrivée du Web 2.0 et des réseaux sociaux tels que Facebook, MySpace et Twitter, il est maintenant encore plus facile de s’exprimer en ligne et d’y tenir des propos de tous ordres. Malgré les efforts de certains moteurs de recherche pour y mettre de l’ordre, une réelle pagaille règne dans ce monde numérique. ll vaut probablement mieux se le représenter comme un gros tableau vert virtuel avec des craies qui traînent à gauche et à droite.

Lire la suite