La passion des TIC, du Québec au Mexique (huitième partie)

0

(Huitième partie) L’Infobourg vous raconte, au fil des mois, l’aventure extraordinaire de deux retraités de l’enseignement qui offrent généreusement leur temps pour partager leurs connaissances TIC avec l’école 15 de Mayo, au Mexique, dans le cadre d’un projet OLPC.

À l’occasion de leurs vacances annuelles au Mexique, Louise Le Bourdais et Guy Bergeron, retraités de l’éducation et partenaires dans la vie comme dans leurs passions, ont en tête de faire vivre un projet TIC aux jeunes de l’école de Lo De Marcos grâce à la Fondation OLPC. Voici le huitième article de la série!

Lire la première partie…
Lire la deuxième partie…
Lire la troisième partie…
Lire la quatrième partie…
Lire la cinquième partie…
Lire la sixième partie…
Lire la septième partie…

La prochaine formation a eu lieu le 20 janvier. Cinq jeunes élèves se sont présentés. Ils souhaitaient utiliser les XO. Louise et Guy ont accepté d’intégrer ces imprévus en les plaçant sous la supervision d’Alfonso, l’élève de 4e année qui les aide depuis le début des formations. « Il y avait de l’énergie dans le local aujourd’hui! Il y avait même une enseignante venue avec son bébé d’environ 6 mois. Il a semblé impressionné par les ordinateurs. Peut-être un futur utilisateur des XO? »

Pendant cette période, ils ont travaillé avec l’application « jeu de mémoire » en leur montrant comment fabriquer leur propre jeu avec du contenu de leur choix. Par la suite, les participants ont testé en jouant en réseau. Encore une fois, Louise et Guy ont dû leur forcer un peu la main pour terminer cette formation. « Les gens étaient littéralement absorbés par leur travail! »

Le 24 janvier, la formation s’est déroulée sans Louise. Guy explique : « Elle a une infection sérieuse au visage exigeant des visites chez le médecin et chez l’ophtalmologiste. Il y a un réel danger pour son oeil. Elle prend deux antibiotiques. Je dois donc donner seul les formations. » Comble de malchance, le jeune Alfonso ne pouvait pas être présent cette fois. « Je ne sais trop comment je me suis débrouillé, » raconte Guy, « mais ça a bien été. Les fiches étaient tellement bien préparées. Louise avait vu à tout. » Le couple avait concocté pour cette période une fiche comprenant différentes questions dont les réponses se trouvaient en cherchant dans l’encyclopédie Wikipedia en espagnol.

Les enseignants au travail…

Louise est toujours absente lors de la formation du 26 janvier, mais elle est présente par les contenus des fiches d’activités. Cette fois, les enseignants se sont vus proposer le projet de réaliser un conte collaboratif à l’aide du logiciel Escribir (traitement de texte) partagé entre deux personnes. « De belles histoires ont été lues à la fin! Les gens se sont laissés aller en ajoutant des éléments cocasses! » raconte Guy.

L’un des objectifs de Louise et Guy par cette activité était de faire comprendre aux enseignants à quel point elle pouvait être intéressante à vivre en classe avec les élèves. L’activité intègre la création, l’écriture et la lecture. Les élèves pourraient même se corriger mutuellement directement dans le texte.

La présence de jeune Alfonso a encore été bien utile lors de cette formation. Cela démontre à quel point il sera une bonne ressource pour l’école lorsque les élèves utiliseront les XO.

Maintenant, le couple veut forcer les choses. « Pour la formation de mardi prochain, nous avons demandé à Laura, enseignante de 6e année, d’emmener 4 de ses élèves. Nous voulons ainsi démontrer qu’elle pourra les utiliser en classe. Nous verrons si ça va porter fruit. Nous avons nommé Alfonso responsable de ces 4 élèves. »

Ils constatent, en cette fin du mois de janvier, que même après toutes ces formations, les enseignants ne se sentent pas assez solides pour débuter avec les XO dans leur classe. Est-ce la crainte que les appareils soient abîmés par les élèves? Ou celle de ne pas pouvoir répondre aux éventuelles questions des élèves? Chose certaine, on constate que les enseignants mexicains partagent les mêmes inquiétudes que beaucoup d’enseignants de chez nous…

« Nous réfléchissons donc à des façons de les encourager à tenter le coup… »

À suivre la semaine prochaine.

Laisser un commentaire