CES 2011 : Les TIC au service de l’éducation

0

Rédacteur spécialisé dans les technologies de l’information et de la communication, Marc-André Brouillard était de passage au Consumer Electronics Show, qui s’est tenu du 6 au 9 janvier dernier à Las Vegas. Voici trois tendances, qu’il a pu observer, dans lesquelles les TIC sont au service de l’éducation.

La tablette électronique comme nouvel outil d’apprentissage

Produit vedette du CES 2011, où pas moins de 80 modèles étaient présentés aux 140 000 visiteurs, la tablette électronique est relativement nouvelle sur le marché. Elle s’est imposée en 2010 dans l’actualité des TIC avec le lancement de l’iPad d’Apple. Plusieurs y ont alors vu un formidable véhicule éducatif puisque le produit combinait les avantages du lecteur de livres numériques et de l’ordinateur portatif en plus d’offrir une expérience d’utilisation interactive et ludique grâce à son écran tactile.

Au CES 2011, plusieurs fabricants comme Samsung, Blackberry, Asus ou Motorola ont dévoilé des tablettes comblant certaines des lacunes de l’iPad, comme son incapacité d’accéder à des contenus Web (plusieurs jeux et vidéos) en format Flash, l’absence d’un port USB ou HDMI et de caméras avant et arrière, permettant les appels vidéo. Ainsi, d’ici la fin 2011, de nombreuses tablettes électroniques promettent de rivaliser avantageusement avec l’ordinateur portatif.

Toutefois, l’écran relativement petit de ces appareils, l’impossibilité de lui adjoindre un clavier physique ou un support, dans certains cas, et son coût relativement élevé pourraient en faire hésiter plusieurs.

Certains fabricants croient néanmoins pouvoir séduire les étudiants avec des tablettes conçues spécialement pour eux. L’Iconia d’Acer offre un écran double qui peut s’utiliser à la manière d’un livre, et les tablettes Kno et My Spark, s’utilisent avec un stylet avec lequel il est possible de surligner et d’annoter les pages d’un livre numérique.

Tirer profit des applications éducatives

Aujourd’hui, les enseignants remarquent que plusieurs élèves dans leur classe possèdent un téléphone intelligent ou un lecteur multimédia de type iPod Touch. Ces appareils mobiles permettent à leurs utilisateurs de télécharger des applications gratuites associées à plusieurs genres : jeux, musique, services, etc. Grâce aux applications relatives à l’enseignement, l’apprentissage mobile devient possible en dehors des murs de la classe. Ainsi, un enseignant peut proposer à ses élèves une application pour enrichir une leçon de langue seconde, de géographie ou de mathématiques. De plus, comme les boutiques d’applications (App Store d’Apple ou Android Market de Google) sont ouvertes aux développeurs tiers, un établissement d’enseignement pourrait soumettre une application spécialement conçue pour ses élèves. Cette année au CES, en plus des tablettes électroniques qui donnent accès à différentes boutiques d’applications en ligne, l’entreprise Samsung a dévoilé un lecteur multimédia, le Galaxy Player, qui donnera accès à l’Android Market de Google.

Le livre numérique en classe

Au cours de la conférence HigherEd Tech Summit, qui se tenait au CES, Walt Mossberg, journaliste au Wall Street Journal, s’est interrogé sur l’avenir du livre numérique en classe. Selon lui, les étudiants devraient payer moins cher pour les livres et il croit que cette réalité sera rendue possible grâce au livre numérique. « Je crois qu’il est plus abordable de déplacer des pixels que des atomes», a-t-il déclaré lors de la conférence.

Si la question des coûts reliés à la production et à la vente du livre numérique demeure encore ouverte, il n’en demeure pas moins que les initiatives se poursuivent dans ce secteur. On aura ainsi pu découvrir au CES les services offerts par Copia, une application pour livre numérique, qui permet de joindre une communauté de lecteurs pour partager ses expériences de lectures. Par ailleurs, on a également pu assister à la démonstration du premier numériseur portatif de livres, le Booksaver de l’entreprise Ion. L’appareil, qui permet de convertir, deux à la fois, les pages d’un livre au format PDF, exige toutefois, de la part de son utilisateur, beaucoup de patience.

Laisser un commentaire