La passion des TIC, du Québec au Mexique (deuxième partie)

0

(Deuxième partie) L’Infobourg vous raconte, au fil des mois, l’aventure extraordinaire de deux retraités de l’enseignement qui offrent généreusement leur temps pour partager leurs connaissances TIC avec l’école 15 de Mayo, au Mexique, dans le cadre d’un projet OLPC.

À l’occasion de leurs vacances annuelles au Mexique, Louise Le Bourdais et Guy Bergeron, retraités de l’éducation et partenaires dans la vie comme dans leurs passions, ont en tête de faire vivre un projet TIC aux jeunes de l’école de Lo De Marcos grâce à la Fondation OLPC. Voici le deuxième article de la série!

Lire la première partie

Aux alentours du 18 janvier 2010, Guy prend contact avec la Fondation OLPC. On l’informe qu’un vaste projet visant le déploiement de 50 000 ordinateurs XO est déjà en cours au Mexique, mais qu’il reste tout de même de la place pour de plus petits projets, surtout pour une dizaine d’ordinateurs. C’est un bon début.

Quelques jours plus tard, Louise et Guy retournent dans la classe de l’enseignant Hector, cette fois pour faire une présentation aux élèves de leur voyage du Québec au Mexique. Un beau premier contact!

C’est au début du mois de mars, après plusieurs rencontres avec le directeur et l’enseignant pour s’assurer que le projet répond aux besoins et attentes de l’école, qu’une version finale est enfin soumise à l’organisation OLPC. Ensuite, tout s’enchaîne rapidement. Le 5 mars, Guy participe à une conférence Web visant à défendre le projet auprès du comité de sélection. « Après 15 minutes seulement, le projet nous était alloué! Quelle bonne nouvelle à annoncer à l’école! »

Et le 18 mars, c’est le départ pour revenir au Québec. Avec Hector et Alfonso, ils échangent un au revoir plein de promesses pour l’hiver prochain.

Alfonso, Hector et Louise
© Guy Bergeron

Parmi les facteurs qui ont favorisé un si bon départ pour le projet, il faut noter l’excellente collaboration d’un agent francophone d’OLPC, Kaçandre, qui les a aidés à bien monter leur projet et les a dirigés vers les bonnes ressources. Aussi, le fait que Louise soit plutôt à l’aise en espagnol a grandement aidé les communications avec l’école. Et finalement, Guy sut propager son enthousiasme pour les technologies éducatives à tous et les guider vers la concrétisation du projet.

Et la suite? On continue vendredi prochain!