Plan de développement des usages du numérique à l’école

0

France – Jeudi 25 novembre 2010, le ministre de l’Éducation nationale, Luc Chatel, en visite au Salon de l’éducation à Paris-Porte de Versailles, a tenu une conférence de presse pour présenter son plan du développement des usages du numérique à l’école. Au menu : un portail ministériel de ressources et des chèques-ressources pour les établissements.

Convaincu de la « nécessité » du numérique dans l’éducation, Luc Chatel a affirmé, lors de son discours, que l’école était encore « trop à l’écart de cette dynamique », et que le numérique devait être un accélérateur de réussite.

Influencé par le rapport, remis en février 2010, du député-maire Jean-Michel Fourgous, qui était d’ailleurs présent à la conférence de presse, le ministre a annoncé plusieurs mesures, dont la première concerne les ressources numériques. Rappelant les efforts fournis dans l’acquisition du matériel par les écoles, par exemple avec le plan École Numérique Rurale, il a voulu mettre l’accent cette fois sur les ressources numériques.

À partir de la rentrée scolaire 2011, un portail ministériel de ressources numériques, issues de l’Éducation nationale et des éditeurs privés, sera mis en ligne présentant l’offre des ressources pédagogiques pour les établissements scolaires. Pour acquérir ces ressources, des chèques-ressources d’un montant variant de 500 à 2500 euros, selon le type d’établissement et le nombre d’élèves, seront mis en place. Le catalogue proposera des entrées par matière et par type de produit (manuel scolaire numérique, soutien scolaire…). Ce seront des ressources qui pourront être téléchargées ou accessibles en ligne.

Un appel à projet sera lancé début 2011. Seuls les établissements retenus bénéficieront de ce chèque-ressource. Ce projet sera mis en place sur trois ans : 8 millions d’euros y seront consacrés la première année, 15 millions la deuxième et 23 millions la troisième.

Une deuxième mesure concerne la formation des enseignants et leur accompagnement dans leur utilisation des nouvelles technologies. Chaque établissement devra désigner un enseignant référent pour les usages pédagogiques numériques. Cette personne devra aussi donner des formations pour ses collègues au niveau de l’établissement ou du bassin. Les CRDP seront, quant à eux, chargés de former ces référents sur les TICE.

Par ailleurs, la formation en ligne pour les enseignants, notamment via le dispositif Pairform@nce, sera développée. Pour mieux former les enseignants dès leur cursus, l’obtention du C2i (certificat informatique et Internet) niveau 2 deviendra obligatoire pour être nommé fonctionnaire stagiaire à partir de la session 2012.

Le ministre souhaite, en troisième point, que les services numériques, comme les environnements numériques de travail et le cahier de textes numérique, poursuivent leur généralisation dans les établissements.

Le quatrième axe développé par le ministre dans son plan est le renforcement du partenariat entre l’État et les collectivités territoriales. Une convention-cadre devrait ainsi être signée avec l’ADF (Association des départements de France) en matière de développement des TICE. Une autre convention devrait voir le jour avec l’ARF (Association des régions de France).

La dernière mesure touche l’éducation des élèves au numérique et la sensibilisation du bon usage d’Internet. Le B2I (brevet Informatique et Internet) devrait être réaffirmé et les compétences révisées afin de le recentrer sur les pratiques réelles des élèves et d’avoir un rôle de formation civique.

Ces cinq mesures ont été accueillies de façon mitigée. Le manque de moyens octroyés pour ce plan (60 millions d’euros sur trois ans, dont la majorité servira pour les chèques-ressources) et le recours aux collectivités territoriales pour compléter les efforts financiers en matière d’équipement dans les établissements a été notamment souligné par les syndicats qui craignent que le plan numérique ne soit que de belles annonces…