Truc Allô prof : Parfaire son apprentissage de la langue… grâce aux TI

2

En août 2010, un rapport préparé par une équipe de recherche de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) à l’intention du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, tend à montrer que l’utilisation du blogue dans le cadre scolaire contribuerait significativement à la motivation des élèves.

Or, des jeunes qui trouvent de l’enthousiasme à écrire et à lire, ce sont certainement des jeunes susceptibles de développer des compétences liées à la formulation des idées et à l’organisation du discours. Si l’activité est bien dirigée, laisse entendre le rapport, on pourrait même voir des conditions propices à l’amélioration de l’usage de la langue. S’il s’avère que le blogue ou ses dérivés sont capables de générer de tels gains, il serait regrettable de s’en passer. Mais encore faut-il offrir de bons outils et de bonnes approches aux élèves…

Devant l’intégration de toute nouveauté, il y a des résistances. C’est aussi vrai en éducation, et cela se comprend puisque l’école est au cœur de la formation des enfants et des adolescents; aussi bien dire au centre de leur développement intellectuel.

Quand il est question de l’introduction des nouvelles technologies de l’information, cette résistance peut être modérée, par exemple par l’ajout au fureteur d’un filtre excluant les résultats de recherche ayant des caractères précis. Elle peut aussi être plus radicale, comme lorsque l’accès aux réseaux sociaux – on pense à des sites comme Facebook, mais aussi YouTube ou Vimeo – est carrément interdit sur les ordinateurs d’une école ou d’une commission scolaire.

L’ambition de protéger les jeunes et d’éviter qu’ils ne soient tentés par une utilisation peu pédagogique d’Internet est noble, mais il semble qu’en même temps, on se prive d’outils dotés de qualités fort profitables dans un contexte d’apprentissage.

Les forums d’entraide

Mis en ligne en 2005, les forums d’Allô prof ont permis des dizaines de milliers d’échanges entre les élèves québécois et les enseignants de l’organisme. L’outil propose des rubriques qui correspondent en fait à toutes les matières enseignées au primaire et au secondaire. Des forums de ce genre, comme le blogue, encouragent la participation active d’une communauté sur des thèmes donnés. En expliquant par écrit leurs difficultés ponctuelles, les jeunes utilisateurs s’exercent également dans l’apprentissage de la langue.

En effet, pour être compris par la communauté d’entraide et obtenir des réponses pertinentes et complètes, ils doivent bien formuler leur problème et décrire clairement ce qui ne fonctionne pas. De plus, les échanges sont supervisés par les enseignants de l’organisme qui peuvent corriger (de manière sympathique!) les énoncés fautifs ou imprécis. La dimension technologique des forums leur confère un attrait supplémentaire, qualité bien relevée dans le rapport de recherche de l’UQAC.

Cet attrait est assez fort pour que des milliers de jeunes interviennent non pour demander de l’aide, mais pour aider leurs pairs. L’usage des forums dépasse donc la quête de solutions à mes problèmes. S’ils suscitent un intérêt altruiste, c’est que l’utilisation des forums procure un réel plaisir et une certaine fierté. Ce sont des aspects qui habituellement, dans un contexte d’apprentissage, stimulent la rétention de la connaissance, peut-être mieux que le cadre d’une pratique scolaire plus traditionnelle, comme la dictée.

À propos d’Allô prof :

Allô prof est un organisme de bienfaisance soutenant la persévérance scolaire qui a pour mission de fournir gratuitement de l’aide aux devoirs à tous les élèves du Québec. Pour appuyer sa mission, Allô prof met à la disposition des jeunes un service téléphonique et des services en ligne impliquant une équipe d’enseignants qualifiés et une communauté virtuelle composée d’élèves‐aidants, de parents et d’acteurs de l’éducation. Depuis sa fondation en 1995, Allô prof a répondu à plus d’un million de requêtes venant des élèves québécois du primaire et du secondaire. Le développement des services d’aide aux devoirs s’est fait grâce au soutien de plusieurs partenaires fidèles : le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, la société GRICS, Rio Tinto Alcan, les Fonds Universitas et Télé-Québec.

Par Marc-Antoine Tanguay

Directeur des communications et du marketing

matanguay@alloprof.qc.ca

 

2 COMMENTAIRES

Laisser un commentaire