Ouverture des établissements de réinsertion scolaire (ERS)

0

France – Nicolas Sarkozy l’avait annoncé lors d’un discours en mars 2010 : des établissements de réinsertion scolaire (ERS) ont été ouverts dès la rentrée scolaire. Ces établissements spécifiques accueillent uniquement des élèves perturbateurs qui ont déjà été exclus plusieurs fois de leurs établissements. Une dizaine d’ERS devrait être créée pendant l’année scolaire 2010-2011.

Le Bulletin Officiel (B.O) du 15 juillet 2010 a apporté des précisions sur la mise en place de ces établissements. Les élèves admis doivent être issus des classes de 5e, 4e et 3e, être âgés entre 13 et 16 ans et ne pas relever de l’enseignement spécialisé et adapté ni d’un placement dans le cadre pénal. Ils y rentrent pour au moins un an avant de réintégrer le cycle normal.

Les ERS accueillent entre 15 et 30 élèves en internat et fixent dans leur projet pédagogique quatre objectifs : l’acquisition du socle commun de connaissances et de compétences, l’appropriation des règles du vivre ensemble, la définition d’un projet de formation ainsi que l’implication des familles.

La discipline est au centre de ces établissements. Le B.O précise : « Tant pendant les heures de cours que hors les temps de classe, il est exigé des élèves une attitude marquée par la civilité et le respect envers leurs camarades et les adultes. Toute activité, tout apprentissage est l’occasion de rappeler les règles et la nécessité d’y obéir ».

Chaque élève sera suivi de façon personnalisée, et un bilan hebdomadaire sera fait sur chacun. Les familles seront impliquées souvent dans le suivi pour permettre un dialogue régulier.

Les élèves ont un emploi du temps particulier : le matin est consacré à l’enseignement des disciplines, l’après-midi leur permet de faire deux heures d’activités sportives et de suivre des ateliers thématiques (sur la citoyenneté, la santé…) et la fin d’après-midi est dédiée à l’accompagnement éducatif.

L’affectation dans les ERS, possible en cours d’année, relève de la décision de l’inspecteur d’académie après avis d’experts professionnels. L’élève et la famille doivent être d’accord pour un placement en ERS. Mais dans le cas où l’accord n’est pas obtenu, l’inspecteur peut demander un placement au titre de mesure d’assistance éducative.

Pour plus d’informations sur la mise en place des ERS, vous pouvez lire cette page du B.O du 15 juillet 2010.

Par Lucile Donnat

Laisser un commentaire