Turnitin : un outil pour se battre contre la culture du copié-collé

0

Ontario – Des centaines de milliers d’élèves et des dizaines de milliers d’enseignants des écoles secondaires de l’Ontario auront maintenant accès aux outils Web Turnitin pour la prévention du plagiat, l’attribution de notes par voie électronique et la révision en ligne par les pairs.

iParadigms, créateur de Turnitin et leader mondial dans le domaine de la vérification des originaux et de la prévention du plagiat, a récemment annoncé que la solution Turnitin est dorénavant autorisée par le ministère de l’Éducation de l’Ontario.

Les versions anglaise et française de la solution complète Turnitin (OriginalityCheck, PeerMark et GradeMark) pourront donc être utilisées dès le 1er septembre 2010 par toutes les écoles secondaires publiques et appartenant aux Premières Nations de l’Ontario.

OriginalityCheck permet aux enseignants de vérifier les travaux des élèves pour dépister le plagiat en les comparant avec une immense banque de données. Il faut comprendre que le logiciel ne détecte pas le plagiat. Il génère un index de textes semblables à celui soumis à la vérification. Les enseignants doivent eux-mêmes déterminer si l’élève avait l’intention ou non de plagier.

Les logiciels de Turnitin jouent un rôle important en aidant les élèves à comprendre les concepts d’intégrité intellectuelle et de propriété intellectuelle. L’objectif est de diminuer la fréquence du plagiat et ainsi, favoriser l’apprentissage. En d’autres mots, se battre contre la culture du copié-collé.

« L’Ontario est la province la plus peuplée du Canada et il s’agit de la plus importante adoption de l’ensemble de la solution Turnitin par une organisation d’enseignement secondaire à l’échelle mondiale », a souligné Chris Caren, président-directeur général d’iParadigms.

Selon un sondage réalisé par iParadigms en 2009 auprès d’enseignants, Turnitin les aiderait également à discuter de l’intégrité intellectuelle avec leurs élèves (81 %) et à enseigner davantage de techniques pour paraphraser, citer et résumer dans ses propres mots (74 %).

Après deux ans d’utilisation, selon une étude statistique, les institutions constatent une diminution d’environ 20 % en ce qui a trait au nombre de travaux plagiés. Par ailleurs, plus de 7 300 écoles dans 108 pays utilisent déjà Turnitin.

PeerMark, quant à lui, permet la révision en ligne par les pairs. Les élèves peuvent donc évaluer les travaux de leurs collègues en développant leur esprit critique. Les jeunes apprennent également divers trucs d’écriture à travers ces travaux.

Les enseignants ont aussi accès à un outil, GradeMark, permettant l’attribution de notes par voie électronique. Ils peuvent alors transmettre leurs corrections en ligne et dire adieu au style rouge!

Par Marie-Christine Leblanc