Consultation publique sur les fonds destinés à la numérisation et l’e-éducation

0

France – Du 7 juin au 7 juillet 2010, Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’État à la prospective et au développement de l’économie numérique, lance une consultation sur l’utilisation des 2,5 millards d’euros du grand emprunt, consacrés aux projets dans le numérique.

Le programme de la consultation publique précise que l’État veut concentrer ses actions autour de neuf thématiques principales, dont l’e-education fait partie. Si 750 millions d’euros sont consacrés à la numérisation du patrimoine culturel, aucune estimation du montant consacré à l’e-éducation n’est mentionnée.

Pour chaque thème, une dizaine de questions sont posées à la fin de la présentation, afin de susciter la réflexion et d’apporter quelques pistes possibles pour mettre en place des actions. En introduction, le document de la consultation précise bien que « les interventions de l’Etat viseront à constituer des actifs économiques, matériels ou immatériels, susceptibles d’augmenter la croissance future de l’économie française. L’État interviendra soit en investisseur avisé pour co-financer les projets les plus mûrs, soit en aide d’État pour accompagner l’effort de recherche et développement lorsqu’il est nécessaire ».

Pour l’e-éducation, le marché français n’est pas encore assez développé, selon le document de consultation, et accuse un certain retard. Le fossé entre l’édition scolaire et le numérique dans l’éducation est encore grand : « si le marché de l’édition scolaire, comprenant à la fois les manuels scolaires et l’ensemble de l’édition d’accompagnement à destination des familles et des élèves s’élève à plus de 250 M€ par an, la part du numérique est encore embryonnaire (environ 20 M€) ».

L’offre du numérique dans l’éducation devrait être « mieux structurée tant au niveau de l’innovation qu’à celui de l’industrialisation », peut-on lire dans le document. La Secrétaire d’État aimerait voir notamment un « projet structurant susceptible de définir un référentiel d’interopérabilité entre d’une part les espaces numériques de travail (ENT) mis en place par les établissements et d’autre part les différents types de contenus pédagogiques générés » afin d’assurer une diffusion large des ressources.

L’innovation, mais surtout le développement économique (création d’emplois et retour sur investissement) seront les deux facteurs importants pour la mise en place des projets numériques. Des appels à projets seront lancés dès la rentrée de septembre 2010 à la suite des propositions recueillies par la consultation publique.

Pour participer à la consultation publique et en savoir plus, vous pouvez télécharger le document de la consultation (PDF) en cliquant ici.

Par Lucile Donnat

Laisser un commentaire