Un monde de ressources pour l’immersion française au Canada

0

Dans le cadre des Rendez-vous de la Francophonie 2017, un 5 à 7 pédagogique sur le thème de l’immersion française s’est tenu à la faculté d’éducation de l’Université de Montréal, le 16 mars dernier.

Ce rendez-vous était organisé par l’Association canadienne des professeurs d’immersion (ACPI) et Learn Québec, en collaboration avec l’Association québécoise des enseignants de français langue seconde (AQEFLS) et l’Université de Montréal. Il a permis d’échanger sur les pratiques pédagogiques particulières au contexte d’enseignement d’une langue en milieu minoritaire, et de mieux connaître les actions des partenaires.

L’ACPI : valoriser le français comme langue de travail et de communication

L’ACPI participe à la promotion d’un Canada bilingue et à la valorisation du français comme langue de travail et de communication. Cet organisme pancanadien tient à cet effet de multiples activités, qu’on a pu découvrir lors de ce 5 à 7.

Par exemple, l’ACPI publie depuis plus de 30 ans Le Journal de l’immersion/Immersion Journal. Le Bulletin électronique de l’ACPI informe les membres des activités de l’Association. Les Forums des nouveaux enseignants offre de la formation et du développement professionnel et a développé une série de modules sur la pédagogie, essentielle en immersion. Il y a aussi un blogue où écrivent plusieurs enseignants. Les capsules orales Parler pour apprendre : l’oral au service de l’apprentissage sont réalisées par des enseignants pour les enseignants. Le concours Immersion Clip s’adresse aux élèves d’immersion de la 3e à la 5e année du secondaire, alors que le concours Des professionnels créatifs invite les enseignants à présenter une activité pédagogique réalisée dans leur classe.

Il ne faut pas oublier le congrès annuel de l’ACPI, dont la prochaine édition aura lieu à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard, du 2 au 4 novembre 2017.

De plus, l’ACPI, en collaboration avec les Universités du monde, propose pour la troisième année consécutive une semaine de perfectionnement professionnel à Nice, en France, du 31 juillet au 5 août prochains.

Quelques autres découvertes en vrac…

L’association québécoise des enseignants de français langue seconde (AQEFLS) tiendra son prochain congrès au Centre St-Pierre, à Montréal, les 20 et 21 avril. Cet organisme fait le pont entre la théorie liée à l’enseignement d’une langue seconde et les enseignants sur le terrain.

L’organisme Learn Québec a présenté quelques ressources utiles à connaître, dont Usito, produit par l’université de Sherbrooke, un dictionnaire en ligne « vivant » qui s’enrichit chaque jour, ainsi que Campus, un espace en ligne de l’Office national du film dédié à l’éducation.

J’ai aussi découvert sur place le Programme Odyssée, un programme géré par le Conseil des ministres de l’Éducation du Canada (CMEC). Cette expérience de travail rémunérée à temps plein, d’une durée de neuf mois, permet à un(e) étudiant(e) ayant complété au moins une première année d’université de quitter sa province de résidence permanente pour devenir moniteur de langue. Sous la supervision d’un enseignant, le participant aide des jeunes élèves d’écoles secondaires d’un milieu rural ou semi-rural du Canada à approfondir leur connaissance du français.

N’hésitez pas à partager vos meilleures ressources en ce qui a trait à la promotion du bilinguisme et de la lange française en milieu minoritaire au Canada à l’aide du formulaire de commentaires plus bas.

Article précédentLa Journée des Maths : un concours pour le plaisir de faire des maths
Article suivantAntidote pour l’anglais maintenant sur iPhone et iPad
Ninon Louise LePage est pédagogue et muséologue récemment sortie d’une retraite prématurée pour renaître comme désigner pédagogique. Elle a enseigné à l'Université du Québec à Montréal et à l'Université de Sherbrooke en didactique des sciences, en plus de travailler au Réseau canadien d'information sur le patrimoine comme expert-conseil en muséologie. Elle écrit également pour nos amis français chez Ludomag. Elle invite par ailleurs tous les intéressés à la contacter afin qu’elle parle de vous, vos élèves, votre école et vos expériences particulières en éducation au numérique et à l’informatique.