Écoliers et futurs enseignants coconstruisent à l’Université Laval

0
323

Le 23 novembre 2016, des étudiants en technologie éducative à l’Université Laval ont accompagné des élèves du primaire et des futurs enseignants lors de leur visite et leur ont proposé des ateliers pédagogiques ludiques.

par Julie Chamberland, Enseignante, École Saint-Louis-de-France
et Margarida Romero, Professeure en technologie éducative, Université Laval

Pour les élèves du primaire, l’université est l’école des grands. Un endroit où le savoir et le sport se combinent pour atteindre l’excellence. Pour rapprocher les élèves de « l’école des grands » et pour répondre à la mission qualifier de l’école québécoise, les classes iPad de cinquième année de l’école Saint-Louis-de-France (CS des Navigateurs) ont passé une journée à l’Université Laval, le 23 novembre 2016.

En avant-midi, les élèves de la classe de Julie Chamberland et d’Annie Giroux ont réalisé des activités techno-créatives à la Faculté des Sciences de l’Éducation avec l’équipe CoCréaTIC. En après-midi, ils ont été accueillis par l’équipe du PEPS où ils ont visité les nouvelles installations et ont rencontré l’équipe de basketball masculin du Rouge et Or.

Les élèves de Julie et d’Annie avec l’équipe CoCréaTIC.

Au cours de la première période, les élèves ont agi comme experts auprès des futurs enseignants du cours d’intégration des TIC, offert par la professeure Margarida Romero dans le cadre du Baccalauréat en éducation au préscolaire et en enseignement au primaire (BÉPEP). Ils ont pu donner leur point de vue sur les projets des étudiants. Par exemple, les élèves ont donné l’idée aux étudiants d’utiliser Minecraft pour créer une ville virtuelle.

Ensuite, 3 ateliers ont été organisés.

  • Raoul Kamga, doctorant en technologie éducative, a animé un atelier de robotique pédagogique orientée sur la résolution de problèmes : la course de robots sans gagnant. Cette activité engage les élèves dans des activités de mesure, de calcul, de planification et de programmation tout en les plaçant en situation d’interdépendance positive, où les membres de l’équipe devaient se coordonner pour atteindre l’objectif de faire arriver les robots au but tous en même temps.
  • Alexandre Lepage et Benjamin Lille, étudiants à la maîtrise en technologie éducative, ont animé un atelier de programmation créative au cours duquel les élèves ont pu faire connaissance avec Vibot le robot et le logiciel de programmation visuelle Scratch. Les élèves ont pu ensuite créer leur propre manette de jeux avec MakeyMakey, en utilisant la pâte à modeler et d’autres matériaux conducteurs.
  • En parallèle, les enseignantes Julie Chamberland et Annie Giroux ont rejoint le cours avec Margarida Romero afin de conseiller les futurs enseignants sur leurs projets d’intégration. Les équipes ont pu profiter de l’expérience des enseignantes et ont pu découvrir de nouvelles idées, comme l’usage du robot Sphero pour un projet de déplacement dans l’espace. Les équipes ont été à la fois encouragées et mises au défi dans leur démarche d’innovation.

ecoliers-ul02Les élèves planifient avant de programmer les abeilles robots BeeBot.

Tout au long de la matinée, la cocréation de connaissances entre les élèves, les étudiants, les enseignantes, les chargés de cours et la professeure ont produit des moments magiques :

« Les silos des niveaux éducatifs et des disciplines ont été dépassés pour se concentrer sur l’essentiel : la cocréation d’activités qui permettent de développer un apprentissage adapté aux besoins et aux opportunités de l’éducation du 21e siècle. »

Pour finir, 5 élèves sont montés sur les tables devant plusieurs dizaines de futurs enseignants pour leur transmettre un message d’importance : un bon enseignant devrait rester à l’écoute, être patient et « avoir du fun » avec ses élèves!

ecoliers-ul03Les élèves ont exprimé leurs attentes aux futurs enseignants.

 

Trouver une passion et bien équilibrer ses efforts pour atteindre ses objectifs

Après cet avant-midi bien chargé, une visite guidée des installations du PEPS avait été organisée spécialement pour les élèves, qui avait même un petit endroit bien à eux pour le repas. Deux joueurs de basketball de l’équipe masculine du Rouge et Or, Alexandre Leclerc et Frantson Démosthène, ont ensuite raconté aux élèves leurs parcours sportif et scolaire.

Leur message était à la fois simple et puissant : il faut trouver une passion et bien équilibrer ses efforts pour atteindre ses objectifs.

Les jeunes hommes ont bien sûr rencontré des embuches, mais ont su se relever et y faire face, ce qu’ils ont raconté avec humilité. Les élèves se sont montrés intéressés et curieux, tout en étant impressionnés par la somme colossale de travail et d’efforts déployés par ces sportifs de haut niveau. Ils étaient fiers de pouvoir ensuite assister à une pratique de l’équipe dans le nouveau gymnase du PEPS.

ecoliers-ul04Les élèves rencontrent 2 joueurs de basketball du Rouge et Or.

La collaboration entre les élèves, les étudiants du baccalauréat en enseignement, les enseignants-chercheurs et des enseignantes innovantes a donné lieu à un momentum d’innovation éducative qui a permis de dépasser les frontières éducatives habituelles.

 

À propos des auteures

Julie Chamberland est enseignante à l’école Saint-Louis-de-France de la  Commission scolaire des Navigateurs : « Il m’arrive souvent de dire que madame Julie C. est mon nom d’artiste. Il faut être artiste pour créer, innover, oser et amener nos élèves à en faire autant. Il faut être artiste pour se questionner, s’aventurer, faire réagir les gens et bouger les choses. Il faut être artiste pour montrer aux jeunes combien leur âme est belle et leur potentiel infini. Les pédagogues sont des artistes dans l’âme et leur médium est l’humain dans toute sa splendeur. Mes petits humains sont en cinquième année et nous évoluons ensemble dans une classe iPad 1:1 à l’école Saint-Louis-de-France. Le projet présente des défis quotidiens et un plaisir certain. Technologie éducative, collaboration et esprit de communauté y sont à l’honneur. » Suivre sur Twitter: @MmeJulieC

Margarida Romero est professeure en technologie éducative à l’Université Laval. Elle est docteure en psychologie de l’éducation par l’Université de Toulouse (France) et par l’Universitat Autònoma de Barcelona (Espagne), où elle a obtenu le prix extraordinaire de doctorat en psychologie. Ses recherches portent sur les technologies éducatives dans l’enseignement formel et informel, avec un accent sur les apprentissages collaboratifs, l’usage des jeux numériques pour l’éducation, la robotique éducative et le développement des approches créatives des usages des technologies pour le développement des compétences du 21e siècle. Elle est également bénévole à l’EspaceLab et à l’AQUOPS.  Suivre sur Twitter: @margaridaromero

 

Laisser un commentaire