Destination Saint-Laurent : Une chasse aux trésors interactive pour les élèves

0
410
Destination Saint-Laurent

Invitez vos élèves à découvrir les richesses du fleuve Saint-Laurent dans une quête virtuelle. Idéal pour les 2e et 3e cycle du primaire et pour le 1er cycle du secondaire.

Fleuve nourricier, autoroute maritime, lieu de vie pour bien des animaux… Faites découvrir les richesses du fleuve Saint-Laurent à vos élèves de manière originale et ludique grâce au site Web Destination Saint-Laurent, qui fait partie du Musée virtuel du Canada (MVC).

Voici le scénario du site : « Kalikasan, l’exploratrice virtuelle, revient d’une fabuleuse expédition sur les rives du fleuve Saint-Laurent. Au fil de son périple, elle a visité de nombreux musées et sites touristiques. Elle a aussi pris des centaines de photos et de films. Dans « Destination Saint-Laurent », l’aventurière et tous les organismes partenaires vous invitent à découvrir leurs collections. En parcourant les photos panoramiques prises le long du fleuve, partez à la chasse aux trésors du fleuve Saint-Laurent. »

Le Saint-Laurent ludique et pédagogique

Cette chasse aux trésors virtuelle amène les élèves à explorer dix parcours thématiques, portant sur la navigation, la géologie, la faune, la flore, la pêche… Au fil de l’aventure, ils doivent collectionner des photos et vidéos dans leur carnet de découvertes virtuel. À travers des petites fiches descriptives, ils apprendront une foule d’anecdotes passionnantes sur différents aspects du fleuve.

Aussi, ne manquez pas les mini-jeux éducatifs associés à chaque parcours, qui traitent de concepts pédagogiques reliés aux sciences et technologies, à l’histoire et à la géographie.

Enfin, pour vous accompagner, téléchargez les plans de leçons adaptés aux programmes scolaires des 2e et 3e cycles du primaire et du 1er cycle du secondaire.

Cette exposition virtuelle, parrainée par le Musée maritime de Charlevoix, est le fruit de la collaboration entre plusieurs partenaires ayant en commun leur lien étroit avec le fleuve.

 

Avec la collaboration d’Ophélie Delaunay

Laisser un commentaire